?

Log in

No account? Create an account
JSB=LDV - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

JSB=LDV [10e déc. 2006|12:03 pm]
RacReciR
[Humeur |calmcalm]
[Ecoute |Bach - Concerto Italien]

Invention à 3 en do mineC'est inspiré (élision amicale :-) que j'ai laissé cette question se développer tout une nuit en une équation vectorielle improbable.
J'ai ainsi surpris Bach et de Vinci en pleine discussion.
Que le lecteur improbable pardonne cette audace, ces deux génies se sont pourtant croisés sans se (re)connaître.
Léonard a vécu en Italie puis en France de 1452 à 1519 alors que Jean Sébastien n'a, lui, jamais quitté  l'Allemagne où il a vécu entre 1685 et 1750.
67 et 65 ans d'existence pour l'un et l'autre séparés par un chiasme de quelques 150 ans et 1000 km d'espace-temps.
De quoi alimenter quelques rêves réflexifs.
Léonard, dessinateur, peintre, sculpteur, géomètre, architecte,  ingénieur et musicien (et j'en oublie).
Bach, rivière de musique incarnée.
Tous deux remplis d'un mysticisme et de spiritualités ésotériques, pleins d'humilité.
La même admiration ravie pour ces mille petits détails incongrus qui fondent le quotidien.
Et cette quête incessante et si cry(p)tique de la mesure et des rapports entre les chiffres, les couleurs et le sons.

Plein d'émotions, ma présentation à Léonard s'est effectuée à une époque lointaine où le béotien libanais juvénile que j'étais ne s'avait pas encore qu'il s'adonnerait à Jean-Sébastien.
J'ai ainsi visité moult fois, admiratif et rêveur, le château d'Amboise et son Clos Lucé attenant.
J'y ai même passé mes premières vacances d'adulte affranchi, une semaine entière, arpenteurs méditatifs et respectueux de ce que j'imaginais être ses pas intimes.
Par un point passe une infinité de droites, ces deux génies l'avaient exprimé en termes semblables et pourtant si lumineux.
J'ai tenté, il y a quelques jours cette spirale, trait d'union entre deux esprits dans un même billet.
Brosser les points communs mais aussi leurs divergences.
Les perspectives discrètes qu'ils ouvrent sont infinies.
Celle de leurs discussions passionnées me remplit aussi d'une patiente impatience.
Un Concerto Italien Dominical.
L'essence même d'une fugue.
LienRépondre