?

Log in

No account? Create an account
Eloge de la folie - Erasme - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Eloge de la folie - Erasme [24e déc. 2006|11:06 am]
RacReciR
[Humeur |crazycrazy]
[Ecoute |Bach - ricercar à 6]

Eloge de la folie -Erasme


Que ne puis-je prendre aussi une autre figure, et paraître à vos yeux sous le ciel brillant harnois d'un docteur de Sorbonne ! Mais à propos, en m'entendant dégoiser tant de théologie, n'allez pas m'accuser d'avoir pillé les écrits de nos vénérables Maîtres. Songez, je vous prie, qu'ayant une liaison si intime et si ancienne avec les théologiens, il n'est pas suprenant que j'aie attrappé un peu de leur science, puisque Priape, ce dieu en bois de figuier, remarqua et retint quelques mots grecs qu'il avait entendu lire à son maître, et que le coq de Lucien, que vous connaissez sans doute, à force de vivre avec les hommes, apprit à parler comme eux.
Mais revenons à notre sujet, et commençons avec confiance.

Il est écrit dans le premier chapitre de l'Ecclésiaste : Le nombre de fous est infini. Or ce nombre infini comprend tous les hommes, excepté quelque-uns, et ces quelques-uns, je doute qu'on les ait jamais vus. Jérémie s'explique plus clairement encore, lorsqu'il dit, au chapitre dixième : Tous les hommes sont devenus fous à force de sagesse. Il attribue la sagesse à Dieu seul, et laisse la folie à tous les hommes. Il avait dit un peu plus haut : Que l'homme ne se glorifie pas dans sa sagesse ! - Et pourquoi ne veux-tu pas, ô bon Jérémie, que l'homme se glorifie dans sa sagesse . - C'est, répond ce prophère, parce qu'il n'en a point.

p.158
LienRépondre