?

Log in

No account? Create an account
A Planet called Treason - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

A Planet called Treason [20e juil. 2007|08:10 pm]
RacReciR
C'est le titre du premier livre de sf que j'aie acquis.
Beyrouth, 1981.
Orson Scott Card.
Lu et relu plus d'une dizaine de fois.
Il était même dans mes bagages en juillet 82, accompagné d'un billet aller-simple pour Paris.
Perdu, oublié sur le banc d'un jardin public un jour d'été.

J'ai ainsi pu constater avec étonnement, le rachetant une dizaine d'années plus tard, que l'auteur avait procédé à une réécriture - qu'il évalue à 10% - et une modification du titre en 1988 qu'il justifie par une brève note introductive (où il remercie sa mère d'avoir bien voulu saisir le texte de la première édition dans Wordperfect, un des premiers traitements de texte pour grand public).
La lecture de la nouvelle version, Treason, m'a laissé perplexe. Moins saisissante, plus polie, que l'originel de ma mémoire.

L'évolution des technologies aidant, il est désormais possible de trouver quasiment n'importe quoi sur la noosphère.
M'est donc venue il y a quelques jours l'idée de chercher la version antique.
L'ayant reçue ce matin, je l'ai dévorée après déjeuner.
Un voyage dans le temps de plus d'un quart de siècle.
Il m'a ensuite fallu plus d'une heure pour retrouver la version de 1988, perdue dans 4 rangées (en profondeur) de sf/fantasy.
Le livre était là où j'imaginais, sans vouloir y croire, que Murphy l'eût glissé. Tombé derrière la bibliothèque.
Il a donc fallu faire le vide pour y accéder.
Ayant rapidement comparé les deux versions, j'ai dû me résoudre à convenir que, premier chapitre excepté, remanié en profondeur, il n'y a pas de grandes différences apparentes.
Hormis le sentiment que j'en ai.
Je veux bien cependant y voir là l'attachement d'un adulte à un souvenir d'adolescent.
Je ne saisis pas, rétrospectivement, les motivations et raisons qui ont poussé l'auteur à entreprendre pareille aventure, périlleuse et rare en ces temps reculés.

Le colophon, autre curiosité pour ce type d'ouvrage, m'a une fois de plus fait réaliser à quel point nous trouvons évidents des événements qui relevaient de prouesses il y a peu et qui, aujourd'hui, tombent sous le sens.
Encore quelques années et ces lignes seront rendu incompréhensibles.

The manuscript of this novel was composed using WordPerfect on an ALR 386 computer with a NEC Multisync monitor; it was printed out on an Epson GQ-3500 using a Glyphix font, and duplicated on a Canon NP3525-EF.
LienRépondre