?

Log in

No account? Create an account
Clockwork Orange - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Clockwork Orange [15e aoû. 2007|01:26 am]
RacReciR
J'ai renoué connaissance avec une très vieille amie que j'avais ignorée pendant plus d'un quart de siècle.
Je l'avais trouvé passée de mode et laissé tomber en désuétude.
J'ai même eu peur, la ranimant pendant de longues minutes, que le bouche-à-bouche n'y suffît pas et qu'elle ne reprît pas ses sens.
Puis, au troisième essai, pile-poil, je vis son coeur palpiter et, pourpre, son oeil me cligner un signe de reconnaissance.

Non, ce n'est pas d'un lapin qu'il s'agit.
Je n'en connais pas qui supporterait un quart de siècle passé dans un tiroir.
Il s'agit de ma première montre à quartz, issue de la première génération d'icelles, à diodes rouges.
Celle-ci date de 1977.
Elle a donc fêté son trentième anniversaire, bon pied bon oeil.
Depuis toujours amateur de gadgets inutiles, j'avais investi le fruit de mes maigres économies pour acquérir ce qui, à l'époque, m'apparaissait un objet incroyable et quasi-magique.
Finis les rouages, rubis et le mouvement à échappement de la montre analogique et toutes les imprécisions qu'ils induisaient.
Bonjour au temps numérique, discret, échantillonné à la fréquence du quartz soumis à une force électrique.

C'est au gré d'une fouille impromptue que je l'ai retrouvée aujourd'hui et, profitant de l'occasion d'un dîner qui me sortait de mon antre, ai fait un petit crochet pour la remettre dans le droit chemin sous l'oeil incrédule du jeune horloger qui n'imaginait pas qu'une si vieille dame pût retrouver sa vigueur.
J'ai ainsi pu voir dérouler, en parallèle pendant une partie de la soirée, le fil des trente années qui égrenaient notre première rencontre : de la classe de 3e au Liban à un restaurant japonais à Paris où je rêvais alors vivre, indigène.
Rêve échu.
Une Citizen, comme il se doit.
J'ai souvent trouvé amusants les méandres empruntés par <*> pour remettre mes pendules à l'heure.
LienRépondre