?

Log in

No account? Create an account
Gaucher contrarié (sinistre personnage) - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Gaucher contrarié (sinistre personnage) [20e mar. 2005|01:15 am]
RacReciR
[Humeur |aggravatedaggravated]
[Ecoute |Bach - Satie à l'envers]

pianiste accompliJe suis gaucher.
Un gaucher contrarié.

Je viens de réaliser que ma main gauche dansait beaucoup moins bien que la droite.
Je parle de piano, bien entendu.

La main droite virevolte alors que celle de gauche regarde où elle met le bout des doigts.
Je la sens encore sous tutelle.

Je suis très contrarié.
L'avantage, normalement, d'être gaucher dans un monde de droitiers est que le gaucher est obligé d'apprendre à utiliser sa "mauvaise" main aussi bien que la "bonne".
C'est une question de survie.
A force d'utiliser des outils conçus pour droitiers, les automatismes finissent par être acquis.
Ceux qui n'ont pas complété l'apprentissage ont sinistrement rencontré une fin accidentelle.

L'avantage revient, avec le temps, quand, par hasard, l'usage de la main gauche est plus pertinent. Ou vital. Réflexif.
Le gaucher est alors avantagé. Il l'est davantage s'il s'entraîne régulièrement à utiliser également les deux mains.

C'est la raison pour laquelle j'ai soigneusement choisi d'apprendre le piano avec l'aide de Bach et de Satie : chez ces deux compositeurs, la main gauche est aussi importante que la droite alors que d'autres laissent la main gauche accompagner le chant de la droite.

Reste que l'oreille perçoit mieux les aigus que les graves ce qui, dans mon cas, est amplifié par des acouphènes permanents qui réduisent légèrement ma perception des graves.

Un deuxième phénomène renforce la domination de la main droite sur la gauche : ce n'est quand même pas par hasard que, sur un clavier,  les aigus sont à droite et les graves à gauche.
Le piano a été conçu par des droitiers et la disposition des touches leur est naturelle.
Et c'est la disposition inverse qui est précâblée dans le cerveau des gauchers et qui, de ce fait, est contrariée dans le cas d'espèce qui m'intéresse.

Ajoutez à cela que les graves, dont l'amplitude et le volume sonore sont naturellement plus élevés (les cordes, plus longues, vibrent davantage), sont joués beaucoup moins timbrés que les aigus. Ceci finit d'habituer la main gauche à se retenir en permanence de peur de noyer le chant des aigus.

J'ai donc tendance à favoriser mon écoute à droite et le jeu de la même main puisqu'il m'est plus mélodieux.

Dernier mécanisme jouant contre moi : mon oeil dominant, le gauche, a quasiment toujours la sinistre main dans son champ. Je mémorise donc plus lentement le jeu à gauche puisque je l'ai à l'oeil.
La main droite qui, elle, joue du côté "mal-voyant" apprend davantage à doser le toucher en fonction du son produit et non en fonction de la vue.
Pour jouer de la musique, il est beaucoup plus pertinent que ce soit l'oreille qui commande !

Une vraie mère poule.
Je couve ma main gauche en ne la perdant quasiment jamais de vue et m'étonne ensuite qu'elle ne se sente pas libre.

Le chant en pâtit.
En qualité de jeu.
En précision du toucher.
En souplesse.
En vélocité.

Ca faisait des semaines que j'en étais conscient et, orgueil de gaucher mal placé, refusais d'admettre qu'il se pût que ma main droite jouât mieux que la gauche.
Même mis devant l'évidence.
Depuis le Concerto Italien. Ce deuxième mouvement qui m'a donné tant de mal.
A cause de la basse continue rythmée par la main gauche !
 
C'est bon, j'ai compris.
Il va falloir que je me trouve une série d'exercices pour main gauche.
Je vois d'ici le sourire radieux que va arborer ma professeur de piano quand je vais lui annoncer que j'ai, finalement, décidé de répéter séparément les deux mains des pièces que j'étudie. Et de jouer le chant de droite à la main gauche.
Et réciproquement.

Je ne vois pas d'autre solution pour récupérer mon avantage de gaucher.

Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite.</font></font>

LienRépondre