?

Log in

No account? Create an account
A la Source - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

A la Source [14e déc. 2007|03:24 pm]
RacReciR
Il faut bien que l'énergie vienne de quelque part, in fine.
Elle provient, bien entendu, du grand vide qui nous fabrique.
Le Dharmakaya des bouddhistes.
Dieu, plus communément.
Pour les scientifiques, c'est un phénomène quantique non résolu en l'état des connaissances.
Pour les athées, et pourtant ils vivent, le vide est néant !
Il faut bien que cette énergie soit venue de quelque part.

L'"objet" de la méditation et de l'éveil est de se dissoudre dans ce vide.
Ne plus en faire qu'un.
Aller de la prise de conscience de la vacuité des phénomènes pour aller plus loin, jusqu'au vide.
Réaliser par la pratique chacune de ces étapes entraîne de profondes modifications des réseaux neuronaux.
Ils s'adaptent au niveau de réflexion du méditant.
Jusqu'à la réalisation, le cerveau est l'interface qui matérialise l'énergie.

C'est en quoi les préliminaires sont essentiels.
Les milliers de répétitions qui forcent le cerveau à adopter de nouvelles configuration.
Une architecture adaptée à la méditation.
Apprendre à ouvrir le canal central.
Pour méditer, il faut lâcher prise tout en restant présent et cela s'apprend.
Oui, il faut qu'un chakra soit ouvert au préalable.
Ou que son ouverture soit l'objectif conscient du premier apprentissage.

Il s'agit en effet de renouer un lien entre le soi (qui saisit sa perception) et le vide.
Construire un chemin qui mène à l'infini.
Une fois construit, ce sera Le chemin.
Il y a tout à faire.
Chaque m'éditant part de là où il est.
Certains ont reçu un coup de soleil à la naissance.
Ils savent donc que le soleil existe et leur recherche est orientée vers un but certain.
D'autres, plus nombreux, ont simplement entendu parler du soleil. Ils ne l'ont jamais vu.
Alors, forcément, ce n'est pas pareil.
Il faut faire le chemin intellectuel pour imaginer un soleil à partir de ses qualités et en créer un objet mental.
Ca passe forcément par le mental.
Le corps s'adapte ensuite à cette nouvelle perception et finit par conforter le cerveau dans la sienne.
La roue qui tourne.
Si, dans ce joli ronronnement un rayon de soleil vient à surgir, il peut donc y avoir différentes modalités de le reconnaître.
Il est aussi possible de réussir à rencontrer des experts qui l'ont vu et qui peuvent nous aider à acquérir leur expertise.
Il faut, bien entendu, que les experts soient de première main.
Que l'on soit certain qu'ils ont vraiment vu le soleil.
C'est beaucoup plus difficile sans cela.
Un cran d'incertitude de plus induit de grandes chances d'erreur.
Qu'un expert se trompe de bonne foi.
Se tromper entre une lampe et le soleil nuit.

C'est en cela que les saints, les dakas et dakinis, les prophètes sont là.
Ils montrent le chemin.
Il faut savoir les invoquer le plus correctement possible.
Etre humble et requérir leur aide pour maîtriser davantage notre perception de l'illusion qui nous entoure.
C'est la première marche à atteindre.
A moins de trouver directement le soleil et là, c'est jackpot.

Ah, oui. Comment fait-on pour savoir que l'on est sur le droit chemin ?
Si on arrive à accéder à une source d'énergie positive, même par intermittences, même par un canal infiniment étroit, qui donne tout sans rien demander en échange alors on sait.
C'est un signe qui ne trompe pas.
On le sent au plus profond de soi.
C'est une sensation qui vient du coeur.
LienRépondre