?

Log in

No account? Create an account
Merci papa, merci maman (ou la 6è extinction racontée aux enfants) - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Merci papa, merci maman (ou la 6è extinction racontée aux enfants) [2e jan. 2008|11:32 pm]
RacReciR
[Humeur |blankblank]
[Ecoute |Wagner : Götterdämmerung]

Et moi qui avais l'intention de commettre un billet mielleux pour présenter mes meilleurs voeux à urbi et orbi !
Voilà-t-il pas que je me surprends à regarder la télé, Arte en l'occurrence, qui programmait ce soir "Mission Antarctique".
Je vous la fais brève, pas besoin de broder.
J'ai par ailleurs hélas déjà raconté cette histoire.
Je présenterai mes voeux une prochaine fois (et non, je ne suis pas pape).

C'est un moteur à deux temps que nous voyons en train de s'inverser.
Dans un sens il donne du froid, dans l'autre il souffle le chaud.
Le même principe que les climatiseurs modernes.
Ce climatiseur-ci était réglé d'usine sur "froid".
Je parle de la planète bien entendu.

Premier temps.
Les océans (75% de la surface du globe) aborbent 98% des émissions de CO2 que nous produisons.
Ce CO2 commence par être dissout dans l'eau, puis est utilisé par le phytoplancton qui fait sa photosyntèse (absorbant le CO2).
Lequel phytoplancton est le premier maillon de la chaîne alimentaire marine. Il est ainsi absorbé par les krills (de tout petits crustacés qui sont la nourriture de base d'une grande partie des poissons et animaux marins).

Second temps.
La plaque glacière des océans arctique et antartique forme un écran blanc qui reflète les rayons solaires et permet de très grandes différences de températures entre la surface et le fond ce qui crée une pompe thermique et entraîne l'eau chargée de CO2 (plus lourde) au fond des océans (c'était un cycle de 500 ans à peu près).

L'action de l'Homme est en train d'inverser la pompe thermique.
L'utilisation des gaz composés fluorés (qui sont à effet de serre par ailleurs mais on s'en fout ici) a provoqué un trou dans la couche d'ozone (détecté dans  les années 80).
Ce trou s'est formé au dessus de l'antarctique.
Les banquises soumises aux rayonnements solaires sont en train de fondre à des vitesses ahurissantes.
Cette fonte va ralentir la pompe thermique qui envoie l'eau saturée en CO2 au fond de l'océan (jusqu'à l'arrêter si la banquise disparaît par périodes).
Ceci entraîne l'augmentation de l'acidité de l'eau de mer de surface, saturée en CO2 (qui donne du H2CO3 cad acide carbonique) et donc la mort de beaucoup d'animaux marins à coque ainsi que les coraux (lesquels sont composés de calcaire qui ne peut se former dans de l'eau acide).
Le reste de la chaîne alimentaire suit.

Il suffit que les océans aborbent quelques pourcents de CO2 de moins pour que la température du globe se modifie radicalement.
Au rythme actuel, l'augmentation de température avant la fin du siècle sera, en moyennne, de 3 à 5 degrés quoi que l'on fasse.

Il y a, par ailleurs, une cerise sur le gâteau.
Le permafrost (les sols gelés en permanence en Alaska, Sibérie...) contient 30% ou plus de tout le carbone stocké dans les sols de la planète.
D'énormes stocks de méthane y sont aussi dissouts.
Si la température monte de quelques degrés, ce permafrost va fondre, libérant le CO2 et le méthane qui est un autre gaz à effet de serre.
La surface actuelle du permafrost est 6,5 millions de km2. Elle va va passer à 1,5 ou 2,5 millions de km2 en 2050(pire et meilleur scénario).
Ca accélérera la pompe à chaleur dans le sens cocotte-minute et va libérer d'énormes quantités d'eau (en sus des gaz).
Les océans vont donc croître de façon importante par l'effet conjugué de l'augmentation de la température (dilatation), de la fonte des glaces et de celle du permafrost.
Ceux qui habitent au bord de l'eau ou dans de petites îles paradiasiaques ont fait jackpot !

Merci papa, merci maman.
Nous sommes au sommet de la chaîne alimentaire et nous avons rompu les premiers maillons.
On a noté la disparition de 30% du krill cette dernière décennie.
Des milliers d'espèces animales sont condamnées à disparaître quoi que nous fassions.
Ceci s'appelle une extinction.

Aux abris !
(pas la peine de filmer, il n'y aura personne pour regarder vos bobines)
LienRépondre