?

Log in

No account? Create an account
Tu honoreras ceux qui t'ont honoré - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Tu honoreras ceux qui t'ont honoré [15e mai. 2005|11:44 pm]
RacReciR
[Humeur |bitchybitchy]
[Ecoute |Rameau - Suite en La]

MéphistoIl faut que je fasse attention. Encore un peu et je vais me donner des inquiétudes. Je commence à trouver un sens profond à des paraboles bibliques.
Normalement, quand vous en êtes arrivés là, c'est qu'il y a un problème.
Je suis un parfait fruit de l'éducation judéo-chrétienne, à mon corps défendant.
J'applique, dans ma vie quotidienne, la plupart des commandements.
Je les ai un peu adaptés pour tenir compte de mon époque mais les fondamentaux y sont.
Je suis tombé, par hasard, sur la phrase-titre.
Je m'y suis reconnu.
Vous ne pouvez pas imaginer à quel point il est redoutable de réaliser un tel commandement.
D'une part, l'ordre des choses est fixé : tu honoreras ceux qui t'ont honoré. Il y a bien une précédence. C'est aux autres de m'honorer d'abord.
D'autre part, il n'est nulle part indiqué ce qu'on doit faire de tous les autres, et ils sont nombreux, qui ne vous honorent pas.
Il y a eu des époques où cette question était traitée dans un bain de sang (la Saint Barthélemy en est un bon exemple).
Il est aussi possible de ne pas vouloir de mal à ceux qui ne vous honorent pas, du moment qu'ils restent dans une neutralité de bon aloi.
L'ego de certains est cependant tel que l'idée même que la planète ne soit pas en révolution autour de leur nombril ne les effleure pas. Alors que quelqu'un ne soit pas applati à boire leur moindre pensée ? Inacceptable !
Je n'accorde ainsi ma confiance, et ce n'est pas un vain mot, qu'en échange de celle de la personne qui me la demande. C'est donnant-donnant.
J'accepte sans aucun problème de me tromper et d'accorder indûment cette confiance. Je préfère ça plutôt que de me défier systématiquement de tout le monde. C'est un choix personnel.
Mais il n'est pas question que je sois le seul à donner ma confiance.
Je suis conscient de me mettre ainsi en danger et tente de minimiser la prise de risque en ayant développé, au cours des années, un sixième sens qui m'a sauvé la vie à de nombreuses reprises.
Je suis ainsi dans une relation où j'ai prouvé à de nombreuses reprises ma loyauté à l'Administration que je sers.
Et celle-ci, en contrepartie, continue à regarder d'une multitude d'yeux suspicieux cet énergumène - moi -  qui se démène à vouloir que les règles soient respectées.
Je n'ai pas d'opposition à ce que les règles soient modifiées... même en cours de partie. Je ne supporte cependant pas que l'on triche et perds tout intérêt au jeu dès je suis dans une partie pipée.
Je ne vais pas en plus paraître dupe de la supercherie !?
Ma façon de tricher à moi est de respecter à la lettre les règles du jeu et de les interpréter parfois de façon tout à fait inattendue par mon entourage.
Je peux, dans des cas extrèmes, refuser de jouer ou même renverser la table quand je trouve la situation indécente.
J'ai déjà dû renverser quelques tables dans ma vie. L'ennui c'est que, du coup, c'est vous qui paraissez être l'empêcheur de s'amuser.
Cela relève du même phénomène qui aboutit à ce qu'un arbitre se fasse tabasser ou cracher dessus. Comment voulez-vous jouer s'il n'y a pas de règle ?
J'ai été honoré d'une existence. Cela m'engage à honorer celle de tous.
Il n'est donc pas question que je joue sans règle.
C'est la porte ouverte à toutes les violences morales et physiques.
Je préfère renverser la table.
LienRépondre