?

Log in

No account? Create an account
Boy à tout faire - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Boy à tout faire [20e juil. 2016|01:01 am]
RacReciR
J'ai été congédié hier comme un laquais.
Un coup de fil. Moins de dix minutes pour enterrer un an de passion partagée.
Ce n'est pas d'être congédié qui me chagrine. Après tout, chacun est libre de mettre un terme à une relation au moment où il le désire et le moins que puisse faire l'autre est respecter ce choix une fois la discussion épuisée.
Quand on aime quelqu'un, on lui souhaite le meilleur et on le laisse partir (la gorge serrée).
Non. Ce que je déplore, ce qui me déçoit, est le manque de courage (je pense lâcheté mais c'est un jugement personnel).
L'élégance du procédé. Un coup de fil du bord de plage "C'est terminé. Merci pour tout".
Le prétexte : s'être étonné, 3 jours après le début des vacances en célibataire de son conjoint, que celui-ci n'ait pas trouvé agréable d'envoyer une photo de lui, heureux en vacances.
Le fond : se considérer libre-penseur, adepte de la raison et vouloir posséder les autres et en disposer comme un objet.
Chérir sa liberté et la défendre farouchement tout en exigeant la réddition de son partenaire.
Tout attendre et ne rien partager.
Reprocher les 20% qui manquent au lieu de se féliciter pour les 80% acquis
Ne pas vivre le moment présent par peur du passé et en espérant un avenir meilleur.
Exiger la disponibilité permanente de l'autre selon son désir ("quand je veux") et ne rien donner, ou alors le poing fermé.
Je lui ai pardonné d'avance, lors de nos premiers échanges autour d'un café, tous les événements passés, présents et futurs. Je m'étais aussi excusé par anticipation.
Bien m'en a pris. Je ne suis pas certain d'être capable d'en faire autant aujourd'hui.
Puisse-t-il vivre libre et heureux.
LienRépondre