?

Log in

No account? Create an account
Fonte du désir - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Fonte du désir [19e déc. 2015|07:21 pm]
RacReciR
Cela fait déjà quelques semaines que je suis frappé du pire des maux. J’ai perdu 4 kg en moins d’un mois. 4kg pour une personne corpulente, cela peut sembler un bon régime. Sauf que dans le cas dont on cause, cad ma situation personnelle, je pesais 62kg pour commencer et que je suis passé hier sous les 58.
De quel mal suis-je victime ?
Du désir le plus flamboyant. Celui qui consume tout sur son passage et vous laisse sans pensée, sans voix, le cœur battant la chamade, la bouche sèche, le regard perdu dans le vide.
Le vide, car c’est de cela qu’il s’agit. Tout est vide en ce moment hormis le désir. Qui remplit donc tout l’espace intérieur et extérieur.
J’avoue que ce n’est pas agréable. Je me vois me consumer, je vois les chaînes de causalité se dérouler à mon corps non défendant. J’y prends un plaisir incroyable. A tous les niveaux de perception.
Sur le moment.
Le désir flamboie à l’instant même où nos regards se séparent. Une vraie sensation de manque entretenue de part et sans doute d’autre.
Et, en quelques heures, je passe du bonheur le plus intense à la sensation de manque la plus poignante. Celle qui prend aux tripes, vous tord les boyaux et vous laisse le souffle court.
Pourquoi donc m’infligé-je pareil traitement ? Après tout ne sais-je pas que ce désir ne peut que consumer le sujet et son objet ?
LienRépondre