?

Log in

No account? Create an account
rasoir d'occam (suite) - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

rasoir d'occam (suite) [28e juil. 2005|11:55 am]
RacReciR
[Humeur |indescribableindescribable]

"Esope conte qu'un manant,
charitable autant que peu sage
un jour d'hiver se promenant
alentour de son héritage
aperçut un serpent sur la neige étendu ..."

J'ai écrit ma nouvelle "le rasoir d'occam" il y a deux jours.
J'y raconte l'histoire de la découverte du Dragon à la perle qui se trouvait tapi au verso d'une autre toile qui s'était jetée dans mes bras lors d'une brocante.
Cette toile, disais-je, représentait un jeune homme torse nu de dos devant son miroir, se tranchant la gorge avec un rasoir.
C'est une histoire qui m'est venue d'un trait. Il fallait que je l'écrive et j'étais assez content de moi.

Et ne voilà-t-il pas que Plume(O.) m'appelle il y a quelques minutes pour m'annoncer qu'un de ses anciens thésards s'est suicidé cette nuit en se tranchant la carotide après avoir innondé les universités de france et de navarre de mails où il lui dédie son suicide...

J'avais suivi les péripéties de ce doctorant qui, ne supportant pas de ne pas avoir eu les félicitations du jury lors de la soutenance de sa thèse (qu'il avait eue par ailleurs avec la mention Très Honorable), avait déjà envoyé urbi et orbi des messages où il mettait en scène une conspiration administrative destinée à l'empêcher de réussir. Cela m'avait d'autant plus frappé que j'avais aussi connaissance du nombre de réunions de travail, du soutien et de la pédagogie qu'avait déployé Plume(O.) avec cet étudiant qu'il avait récupéré auprès d'un autre directeur de thèse qui avait jeté l'éponge.
Mais bon, il arrive aussi que des étudiants soient psychopathes et celui-ci, dans sa diarrhée était même allé à faire un mailing général à l'université avant que le président le menace de poursuites judiciaires pour diffamation.
L'affaire s'était calmée depuis près de deux ans et ne voilà-t-il pas qu'il se tranche la gorge le lendemain où j'ai écrit un texte qui, métaphoriquement, l'évoque.
Le seul texte de ma vie où figure une image pareille !?

Je reste songeur.
C'est la première fois, en quasi vingt ans de carrière, qu'un de ses étudiants dérape aussi longtemps et aussi loin.
On a beau avoir sa conscience pour soi, le venin d'un serpent, même mort, peut encore frapper (sur l'air de la calomnie du Barbier de Séville).

Dernières nouvelles : il s'est raté, la police l'a retrouvé et il a été interné en psychiatrie. Il a été relaché et a réussi sa deuxième tentative.

Fin du deuxième épisode.


La réalité est décidément encore plus invraisemblable que l'imagination la plus débridée.
LienRépondre