?

Log in

No account? Create an account
sérendipité - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

sérendipité [11e sep. 2005|01:26 pm]
RacReciR
C'était il y a 140 ans.
Le moment où nous avons réussi l'interconnexion directe.
Celle du premier cerveau avec la noosphère.
Rien n'a plus alors été comme avant.
D'un coup, le cerveau est devenu capable de voir, entendre, sentir, ressentir ... des millions de personnes et d'objets indépendamment de la distance, du lieu et du moment où ils se situent.
Apprendre à canaliser toutes ces émissions et filtrer l'information devient alors essentiel. Vital.
Les premiers cerveaux, mal préparés à ces assauts, n'ont pas supporté d'être noyés dans ce maelström d'information et ont sombré dans une catalepsie profonde.
Il a alors fallu apprendre rapidement à ériger un parefeu mental qui canalise et focalise les pensées puis aide à maîtriser les flux d'information dont ils étaient assaillis, qui menacaient à tout moment de les balayer dans un torrent d'images, de sons, de couleurs et d'émotions.
Ecrire est affaire bien plus périlleuse qu'il n'y paraît à première vue.
Souvent, les images et les émotions qui vous habitent sont incapables de s'exprimer harmonieusement et finissent par noircir des pages entières d'entrelacs informes et disgracieux qui n'apportent aucun réconfort à leur auteur et encore moins à ses lecteurs dépités.
Il faut alors être capable de se ressaisir.
Tailler dans le gras et élaguer le verbe qui pollue et exhale une odeur nauséabonde.
Parfois la coupe est rase et il ne reste plus rien des heures de labeur que vous avez dépensées.
L'idée demeure cependant.
Le singe qui est assis sur mon épaule me mordille ainsi régulièrement l'oreille pour me signifier qu'il serait capable d'en écrire autant.
Emballez, c'est pesé.
Pour une bonne idée ou une phrase agréable qui chante et qui, souvent, a subrepticement échappé à la conscience même de son auteur, s'agglutinent des centaines de borborygmes et de rots qui encombrent sa pensée et l'entraînent dans une spirale infernale qui envahit alors le reste de son espace.
LienRépondre