?

Log in

No account? Create an account
fugue dominicale : de la coupe aux lèvres - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

fugue dominicale : de la coupe aux lèvres [16e oct. 2005|10:45 am]
RacReciR
[Humeur |fugueur]
[Ecoute |Bach - Fuga a 2 Soggetti]

Séraphin ou Fugue à 3 voix et 2 sujetsJ'ai réussi à jouer les 6 premières pages du ricercar.
Jouer !
J'ai pensé à chanter chacune des trois voix pendant tout ce temps et me suis même laisser emporter, par moments, par les battements que je percevais aux croisements des chants.
J'ai même tissé les rets et posé un piège à sons pour capturer ce qui ne devrait jamais l'être : l'éphémère vibration des cordes du piano que, par un processus diabolique, je tente de mettre en cage.
Je ne suis pas au bout de mes peines et je ne libère, ouvrant la boîte, qu'un reflet fugace de celles que j'ai entendues voler.

Je suis embrumé dans le mirage de l'autre rive.
Le miroir continue à me fasciner et à me noyer dans son courant chromatique.
J'ai pourtant entrepris de démêler l'écheveau et ai (a)perçu les arcs-boutants au ciel qui le composent.
J'esquisse l'un puis l'autre dans son détail, arrive à les combiner, encore à contretemps et, manquant me rompre le cou, me heurte au moellon qui affleure, vestige d'un pont depuis longtemps écroulé (a-t-il jamais été terminé ?) et qui délimite le dernier tiers de ma fugue.

C'est là que j'ai réalisé appréhender mener ce ricercar à son terme.
J'ai ainsi réfléchi (forcément, un miroir) et m'est venue à l'esprit, par association, une autre fugue, la dernière de l'Art de la Fugue, laissée inachevée par Bach à la 239ième mesure.
La 238ième mesure de cette fugue à trois voix et deux sujets, la dernière à être complète, comporte 14 notes, les mêmes qui se trouvent à la 119ième mesure (238/2).
158 notes ornent les 10 mesures qui chantent la dernière pensée musicale.
79 dans les mesures paires et 79 dans les impaires. L'équilibre parfait de la dernière pensée avant la dissonance quantique.
Or Bach= 2+1+3+8= 14, Johann Sebastien Bach = 158 et 1+5+8=14. (A=1, B=2, C=3, H=8, ...).
Si on compte les sujets et leurs transformations, Bach s’arrête après en avoir présenté 41 (14 en miroir) déduits directement du thème d’origine et 14 autres organisés sur les lettres de son nom... Encore un 14 : les 14 thèmes pour la voix d’alto, celle qui inaugure L’Art de la fugue... et l’on sait que, dans le quatuor familial, Bach tenait... l’alto !
A la 239ième mesure, Bach arrête d'écrire, en pleine mesure de ses moyens.
B A C H est signé dans ces dernières notes écrites. Si bémol, La, Do, Si.

Il vivra et écrira cependant plus d'un an encore avant de décéder des suites d'une opération de la cataracte.
239 mesures qui signent une Oeuvre démesurée.
2+3+9=14.

La suite, qui la connaît ?
C'est sa dernière fugue, essentielle, qu'il a emportée.
Inachevée formellement, sans doute, mais accomplie et formant un pont qui enjambe le Styx et embrasse l'autre rive selon les plans établis par l'architecture créateur.
Ne pas achever cette fugue en y ayant tout exprimé est le dernier coup d'éclat et la quintessence de l'élégant pari sur l'éternité.

Je m'arrête ici, au milieu du gué, à la 117ième mesure, au moment où Plume(O.), de retour du marché dominical interrompt le chant.
Pour entendre la résolution finale, il faudra se munir de patience ou encore accomplir le voyage vous même.
Fuguer est, surtout, un état d'esprit.
LienRépondre