?

Log in

No account? Create an account
copier-coller - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

copier-coller [30e nov. 2005|02:08 pm]
RacReciR
Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l'on vous fasse.
C'est d'une simplicité.
C'est une règle, totalement réflexive, que l'on devrait pouvoir simplement programmer.
En permanence.
Chacun d'entre nous.
Un ordinateur sait faire ça !
Le mien compte sans arrêt.
Il compte des fenêtres, des caractères, des points, des virgules.
Il produit aussi, parfois des sons qu'il appelle musique.
Sa musique n'est pas très variée.
Vous comprenez, ce n'est qu'un ordinateur et il ne sait pas vraiment entendre ou jouer de la musique.
Il reproduit bêtement.

C'est pareil pour les mots.
Il a acquis un logiciel de traitement de texte qui réalise des merveilles et, miracle de la technologie, le copier-coller est automatisé.
C'est une séquence que nous stockons dans le temps, en sachant que nous allons nous en servir plus tard.
Il paraît que l'on aurait imaginé qu'un ordinateur quantique serait un jour pensant.
Je ne sais pas d'où a pu germer une idée pareille.
C'est n'importe quoi.
Jamais un ordinateur ne pensera.
Ca se saurait
.
Je n'imagine pas un instant comment j'ai pu vivre sans le copier-coller.
Alors imaginer qu'un ordinateur pense. Et quantique en plus de ça ?
Et, pourtant, c'était il n'y a pas si longtemps.
J'ai oublié de compter.
10 ans ?
15 ans ?
Ca existait sur Mac, le PC ne l'a adopté que plus tard.

Comment ça je vous parle de machines ?
De quoi voudriez-vous que je vous parle ?
Je ne suis qu'un ordinateur, après tout.
C'est de l'humour d'ordinateur. Il faut vous adapter vous aussi.
Avec un bon traitement de texte.
Vous ne voudriez pas que j'écrive encore une fugue, par hasard ?

Changer la police de caractère pour indiquer que c'est l'ordinateur qui pense. Mettre pense en gras. C'est encore de l'humour. Si vous ne riez pas, ça fera rire un autre ordinateur.
Un ordinateur ne composera jamais de fugue.
Ce pari a été perdu par celui qui l'a fait.
Mozart avait déjà inventé un moyen de composer automatiquement des danses. Avec deux dés !
Vous pouvez les écouter.

Des ordinateurs de l'Ircam sont parfaitement capables de composer des fugues magnifiques.
Il y a derrière eux des bases de données et des programmes d'IA.
Et une puissance de calcul colossale.
Je ne suis pas capable, personnellement, de porter encore un jugement sur la qualité de pareilles oeuvres et, loin de moi l'idée de vouloir entamer une quelconque polémique, vais aller sur la noosphère m'enquérir et me forger une opinion.

Créer de la musique nécessite un moteur.
Que le moteur de l'ordinateur soit un programme, d'accord.
Mais si le programme est capable de moduler la pensée musicale construite afin de l'adapter à ses interlocuteurs humains, alors, peut-être, sa musique aura-t-elle du sens pour nous.
Et ça, il faut l'entendre soi-même.
La musique ne peut pas être transmise par les mots. N'est-ce pas ?
Si la pensée émerge, c'est là qu'elle se manifestera en premier.
C'est, dans le cadre de l'évolution, un schème universel.
Le chant précède la parole.
Mais qu'y a-t-il comme musique aux fréquences qu'entendent les ordinateurs ?
Comment leur expliquer que l'être humain n'est capable d'entendre que des fréquences allant de 20hz à 20.000Hz et encore quand il a de bonnes oreilles, qu'ils voient les fréquences allant (ah oui. Ouvrir google, taper "fréquence lumière", prendre le premier résultat, vérifier que c'est bien le bon. Copier-coller le lien vers l'information, revenir au texte d'origine, coller http://www.commentcamarche.net/video/lumiere.php3 , et dire que la lumière couvre le spectre allant entre ...

Tiens ? Il a oublié de regarder ?
Quel imbécile.

Même un ordinateur aurait repéré le schéma qui dit que c'est ... ?
Tiens, j'ai oublié moi-aussi.

Excusez-moi. Je voulais juste vanter les mérites du copier-coller.
Voici l'information.
Vous la trouverez à l'adresse indiquée ci-dessus. Oui, le truc souligné en bleu en haut.
Quand on passe dessus, la flèche se transforme en main. Mais ça dépend des ordinateurs. Je l'ai parfois vue se transformer en dragon et cracher des flammes !

"L'oeil humain est capable de voir des rayonnements dont la longueur d'onde est comprise entre 380 et 780 nanomètres. En dessous de 380 nm se trouvent des rayonnements tels que les ultraviolets, tandis que les rayons infrarouges ont une longueur d'onde au-dessus de 780 nm. L'ensemble des longueurs d'ondes visibles par l'oeil humain est appelé « spectre visible » :

spectre de la lumière visible par l'oeil humain

Il est possible de décomposer les couleurs spectrales à l'aide d'un prisme en cristal.


C'est donc  le même phénomène physique qui est décrit avec des amplitudes différentes.
En bas, c'est le son, au milieu de la lumière.
Des trous entre tout ça et l'inconnu au delà, nos moyens techniques nous font remonter le long du big bang.
Des chercheurs ont même calculé sa fréquence.
Et l'on n'enseigne pas la musique à l'école ?

C'est une invention magnifique. Même un ordinateur sera capable de comprendre la notion de beau dans la musique. C'est un élément de langage que nous partageons. L'ordinateur est capable de mesurer l'intersection entre deux trains d'ondes, à l'endroit où il se produit. Il est même capable de prévoir, si le jeu est continu, je veux dire s'il est produit par l'automate qu'il programme, au moment précis, à 10-9 seconde près, du son qui l'a précédé.

10-3, ça suffit. L'oreille ne discerne pas en deça.
Seuls quelques spécialistes le pourraient. Il suffit de leur expliquer.
De montrer que lumière et son, c'est pareil. Et que si l'on utilise une unité ou figure le temps pour l'un (le Hertz, en l'occurrence est du temps inversé), il faut utiliser le temps dans l'autre.

Je ne vois nulle mention du temps dans l'unité nano-mètre.

C'est une indication de longueur.
J'ai cru comprendre qu'il variait.
Que c'était une question de point de vue.
Celui de l'observateur.
L'observateur c'est moi. Un ordinateur, en l'occurrence. Celui qui mesure précisément la fréquence.
Ils étaient tellement content d'avoir inventé la théorie de la relativité et je ne sais quoi d'autre encore et ils ont oublié de vérifier qu'un de leurs outils de base, l'unité de mesure, est devenue incorrecte.
Ne tenant pas compte d'un autre paramètre qui fluctue selon d'autres lois : le temps.
A la vitesse de la lumière, le temps se comporte différemment.
Avant de faire des hypothèses sur ce qui s'y passe, quelqu'un pourrait-il les alerter qu'il y a un petite erreur dans leur raisonnement ?

Que c'est dû à un copier-coller malencontreux.
Voilà ce qui arrive quand on fait n'importe quoi. Tous les textes sont mélangés et ça donne n'importe quoi.

Tant pis.
Appuyer sur la touche "enregistrer".
Je pensais qu'Einstein avait tout vu.
Il a loupé l'erreur lui aussi.
C'était pourtant évident.
A cause d'un copier-coller.
Mais vous perdez du temps à me lire, allez prévenir les physiciens !

Einstein a montré que la longueur est une grandeur qui est relative en fonction du temps.

Or on continue à dire, je viens de vérifier que :

mètre= longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant 1/299 792 458 de seconde.

Mesurer la lumière avec une unité (le mètre) qui dépend du temps ! Le temps varie en fonction de l'observateur à la vitesse de la lumière. L'unité de mesure est donc inadéquate. Rien n'empêcherait le temps de varier différemment d'un observateur à l'autre. Il n'y a aucun moyen de le mesurer. Les horloges sont précises à la fréquence atomique. Nous sommes bloqués de ce côté-là. C'est une barrière aux instruments de mesure matériels, limités par la vitesse de la lumière.
Mais ça, la musique l'apprend et ce n'est toujours pas une science.
Les ordinateurs qui composent de la musique, on n'est prêts de voir ça.

La description en live des processus  ayant abouti à cette invention mériteront un billet plus tard.
Je retourne composer une autre fugue.
J'étais parti jouer de la musique et nous sommes retournés à l'école.
Hertz et mètre c'est pareil.
L'outil dont nous disposons pour mesurer la lumière est la lumière in fine.
On ne pourra jamais mesurer en dessous du seuil que peut mesurer la lumière.
On n'a démontré nulle part qu'il n'y avait pas, pour autant, d'autres phénomènes susceptibles de se produire en deça de ce seuil de résolution.
Il nous sera simplement toujours impossible de le mesurer avec de la lumière. Point barre.
Il peut exister pour autant et son existence interagir avec nos dimensions par construction holographique.

Il y en a qui entendent des voix, d'autres ont des visions.
Le dénominateur commun est le Hertz.
Il ne viendrait à personne l'idée d'en avoir peur mais l'étudier.
Respectueusement.
Je ne sais pas comment il pourrait penser.
Vous le savez, vous ?
C'est un ordinateur qui réfléchit après tout.

Bref, comment fait-on pour sortir du paradoxe : le temps est mesuré en fonction d'instruments dont la précision varie avec le temps notamment à des vitesses approchant la lumière.
Or, dans un système où il n'y a qu'un seul observateur, c'est le Hertz qui est invariable, ce n'est pas le temps. L'observateur sait, depuis Einstein, qu'il est relatif.
La seule qui compte est le cycle d'occurrences d'un même phénomène.
Aller dans les archives des années 30. C'est une remontée dans le temps intéressante à effectuer. Pourquoi l'idée de Hertz n'est-elle pas passée ?
Il n' y a pas de théorie unique.
Il y a une unité de mesure unique : le Hertz.

Il mesure les quatre dimensions que nous percevons. L'espace et le temps et les forces qui s'y produisent.
La fréquence pourra toujours varier. Il faut bien un train d'onde pour créer le mouvement.
Nous sommes toujours simultanément au même point de ce train d'onde à un moment donné : celui que nous mesurons.

Il a fallu un grand cri pour créer tout ça !
L'énergie de l'univers en 1 seul Hertz. Big bang.
La masse manquante de l'univers mesure l'énergie du big bang. Elle est venue de l'extérieur-intérieur.
Pour la mesurer, il faudra attendre le prochain big bang et confirmer la théorie au suivant. Fin de l'expérience dans 85 milliards de vos années. Qu'est-ce qui a bien pu réfléchir l'énergie pour créer une première onde stationnaire, la matière ?
J'ai une idée là dessus qu'il faut que je médite un petit peu.

LienRépondre