?

Log in

No account? Create an account
Page blanche - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Page blanche [18e déc. 2005|12:13 pm]
RacReciR
[Humeur |blankblank]

Compris pourquoi les gauchers sont parfois un peu gauches.
Chez eux, tout est inversé.
C'est le cerveau droit qui commande.
A la partie gauche.
Ecran blanc, notes qui s'envolent...
Un homme assis sur un tabouret de cuir noir, le costume noir, la chemise et papillon blancs faisant contrepoint au  saurien qui le contemple la gueule ouverte, un grand sourire carnassier laissant apparaître une impeccable rangée de dents acérées, blanches et noires, parfaitement alignées.
Notre héros intrépide, ignorant la peur et le danger, devant un public rendu muet par le courage dont il fait preuve, plonge ses deux mains dans la gueule béante.
Le duel commence alors et le saurien entonne son chant. Le chant qui attire à lui sa proie et la met à sa merci.
Il n'a pas eu l'occasion de goûter un duettiste doté d'une once de talent depuis belle lurette.
Les derniers prétendants n'ont pas mis longtemps avant d'être terrassés par l'harmonie que développe la mélopée du saurien.
Aussi s'attend-il à ce que le combat soit bref et s'apprête déjà à goûter à l'essence de sa proie.
Le premier engagement est une invention à deux voix. Do Majeur. La simplicité même.
Le son à l'état fondamental.
C'est bien, le garçon veut écouter le son qui se développe. Il l'étudie soigneusement.
Le toucher est précis. La première voix fuse et égrène ses gammes alors que la seconde lui tend un miroir. L'inversion du miroir permet de déployer les ondes sonores dans la pièce.
Un paysage de campagne apparaît alors. Un jeune garçon qui avance en chantant. Une jeune fille l'accompagne. Leur chant, simple mais harmonieux, crée une invention.
Do mineur le suit. C'est une fugue chromatique. Do mineur teste l'idée de la mort. C'est le dialogue avec le créateur. Le piano et la musique sont vecteurs de cette communication.
De longues années sont impératives pour l'apprentissage du clavier. C'est le clavier qui apprend le pianiste et non l'inverse.
Parfois, il est obligé de le dévorer. Et il le regrette souvent. Mais c'est nécessaire. Trop mauvais. Juste bon à manger.
Un ricercar est une fugue auto-référentielle.
Que peut bien être une telle chimère ?
Il y a bien un thème et celui-ci est développé selon l'art du contrepoint le plus strict.
Où va donc se nicher l'auto-référence ?
Elle fait l'objet même de la fugue.
Elle décrit en effet la vie de son compositeur en une triple hélice.
185 mesures. 1+8+5=14. Signé Bach.
Trois voix. La trinité. Musique.
 
LienRépondre