?

Log in

No account? Create an account
Transport amoureux - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Transport amoureux [23e jan. 2006|10:40 am]
RacReciR
Dragon baroque ou Ricercar à 6
Il n'est pas raisonnable penser jouer correctement le ricercar à 3, tant que la maîtrise du jeu des deux inventions à 2 et 3 voix, en do mineur, n'est pas acquise.
3 fugues de même tonalité et de complexité croissante.
Si la résolution d'une fugue plus simple n'est pas entendue, régulièrement, alors c'est une grossière erreur que d'espérer calculer correctement la plus complexe en temps réel.
Quel que soit l'algorithme utilisé pour l'apprentissage.

La principale difficulté qui s'oppose à la résolution du ricercar à 3 réside dans son ampleur, 185 mesures.
Il faut donc s'entraîner à maintenir un état mental stable et cohérent sur une durée inhabituelle.
Une deuxième difficulté réside dans le nombre de figures différentes qu'il faut mémoriser dans l'ordre.
La musique aide énormément comme il se doit mais, souvent, les voix sont exposées sur tous les registres et par chacune des mains.
Le jeu doit donc rester égal tout au long de la fugue, dans le tempo, sans négliger d'exposer les chants principaux en soulignant les contrechants.
Chacun de ces éléments pris isolément est relativement aisé à entreprendre.
C'est la conjonction de l'ensemble qui est périlleuse.
Elle doit donc être automatisée.

Décidé à traverser le vide le long d'une corde raide, il n'est pas très sage d'envisager, in situ, de tenir une discussion métaphysique relative à l'action en cours.
C'est prendre le risque de l'interrompre.
Créer l'événement.

Cette discussion n'est plus pertinente à ce moment-là.
Il faut donc apprendre à maîtriser la peur du vide.
Voir le fond.
L'entendre.
Ne fût-ce qu'en songe, éveillé.
Comme à l'entraînement.

La musique est liberté.
Rien d'autre.
Des règles simples.
Automatiser le chant.

Bach est un maître exigeant mais bon.
Viscéralement et sans réserve.
L'incarnation de la bonté.
Un bouddha protestant en quelque sorte
Cela respire dans son enseignement.

C'est ainsi qu'après plusieurs milliers de répétitions, se découvrent régulièrement, au hasard d'interprétations, des subtilités nouvelles qui complètent les connaissances.
C'est, tantôt, une simplification des doigtés, tantôt un timbre particulier qu'il est possible de ressortir ou encore un reflet dans un miroir qui, jusqu'ici, vous avait échappé.

L'exercice a été répété dans toutes les configurations possibles.
La simulation a été concluante.
Penser au vide pendant le jeu est périlleux.
Le vide ne se pense pas.
Penser est une chose en soi, qui n'est pas vide.

Sans musique, la pensée est attirée par le vide.
La pulsion des oscillations, à la fréquence de la lumière, entre les états mort et vivant.
Le chat de Schrödinger.
A ce moment-là, la peur est légitime, salutaire.
Elle nourrit l'esprit.
Reconnaître et accepter
A condition de s'être correctement entraîné.
Sous peine de rompre la réflexivité.

Ne pas s'exposer tant que l'on n'est pas prêt.
Penser Bach rend l'idée du vide moins insupportable.
Une rencontre devient alors possible.
La musique aide l'esprit à traverser le temps.
Avec la simplicité et la précision d'une horloge atomique.
Les marges de progrès sont donc considérables.
Mais cela était en préliminaire.
LienRépondre