?

Log in

No account? Create an account
Deus Caritas Est - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Deus Caritas Est [26e jan. 2006|08:14 pm]
RacReciR
[Humeur |angryangry]


Ainsi, la démocratie a parlé.
76 sièges pour le Hamas contre 43 au Fatah.
Les Palestiniens ont voté à plus de 70% pour dire stop.
Stop au mur qui les encercle.
Stop à la corruption.
Stop à la misère.
Stop à la violence quotidienne.
Stop à l'injustice de la communauté internationale.
Il y a un moment où l'injustice devient tellement insupportable, l'insécurité et la violence permanentes qu'il est indécent de demander aux Palestiniens de renoncer au combat armé.
Je précise tout de suite, aux esprits prompts à vouloir défendre la démocratie qui nous est si chère, que je ne prône ou n'approuve la violence d'aucune manière.
J'abhorre la violence.
Je suis aussi un anti-clérical primaire ce qui  ne m'interdit pas d'apprécier l'élégance des théories d'un Teilhard de Chardin.
Sous prétexte que ses écrits ont été récupérés par la créationnistes, il est licencieux de trouver la philosophie originale. Comble de l'anachronisme.
On peut croire à un alpha et un omega et vouloir contribuer, modestement, à sa construction sans croire pour autant qu'il sera jamais atteint.
L'idempotence à l'infini.
Prolégomènes de réminiscences d'un esprit de corps jésuite ?
La violence existe cependant et le Moyen-Orient est un endroit privilégié où elle s'exerce.
J'ai ainsi la mauvaise habitude de regarder comment se comporte le plus fort.
Si ses actions sont conformes aux préceptes qu'il entend imposer à ses interlocuteurs.
La démocratie soit.
Mais que veut bien vouloir dire, grands dieux, le mot démocratie sous les bombes ?
Ou derrière un enclos de béton de 8 mètres de haut ?
Sans eau ou alors au puit ?
L'école de temps en temps ?
Les commerces à la sauvette entre 2 bombardements ?
Les queues interminables pour toute denrée alimentaire ?
Une situation qui dure depuis des générations ?
Qui peut bien parler de démocratie dans des conditions pareilles ?
C'est une insulte au mot même.
Je ne retiens qu'une seule chose de cette élection et elle me terrifie. Littéralement.
Il y a, là-bas, au bord de la Méditerranée, des hommes et des femmes qui, à uine majorité écrasante, sont allés mettre un bulletin dans une urne pour dire "nous ne voyons pas de solution qui exclue la violence et nous sommes prêts à nous battre".
J'ai peine à croire que quelqu'un puisse vouloir mourir, a fortiori une majorité, si la situation n'est pas un tantinet désespérée.
Mais je ne suis qu'un intellectuel de salon et, confronté à cette situation dans mon adolescence, quoique dans des conditions meilleures, ai pu quitter et fuir mon pays par amour de l'idée que je me faisais de la France et mû par une non-violence irrépressible.
Cela ne m'interdit cependant pas de donner une opinion qui, pour personnelle qu'elle soit, représente l'opinion d'un Français issu de l'autre rive du Styx et qui peut confortablement étudier l'influence du milieu sur les capacités d'apprentissage.
J'ai décidé de réfléchir sur les processus cognitifs mis en oeuvre dans la mobilité urbaine.
Qu'est-ce qui pousse quelqu'un à aller d'un point à un autre ?
Quel est l'apport des technologies (de la pascaline et des carrosses à 5 sols à nos ordinateurs et à l'exploration de la planète Mars) ?

« la marche de l'Humanité prolongeant celle de toutes les autres formes animées, se développe incontestablement dans le sens d'une conquête de la matière mise au service de l'Esprit, ...la Pensée perfectionnant artificieusement l'organe même de sa pensée, la vie rebondissant en avant sous l'effet collectif de sa Réflexion. » (La Survie, PH IV p.250 )*

« Avec Internet cette fameuse conscience planétaire, tant prônée par  Teilhard de Chardin, devient palpable. Dans le cybermonde, la notion d'étranger n'existe pas . »

(Prétérition) Je ne vais pas donner ici mon opinion sur les camps de concentration mis en place par les pays occidentaux, Guantanamo en tête, qui suscitent un légitime sentiment d'injustice chez les ressortissants des pays où ces déportations ont lieu.
"Plus jamais ça", avait-on dit ?

La Pape a donc été illuminé d'une pensée : Dieu est charité.
Et il tient à le faire savoir Urbi et Orbi.
Le vieillard cacochyme m'a arraché les mots de la bouche.

Cela méritait bien, vues les circonstances, de figurer en médaillon du collier de perles de la pensée magique.
Je ne voudrais pas être Palestinien en Palestine.
C'est déjà assez dur d'être Français en France.
La non-violence (le non-violent en tout cas) a des chances de survie limitées dans des régions où votre voisin peut inopinément se faire sauter par fanatisme issu du désespoir.
Je n'imagine pas un instant défendre la démocratie par la violence.
Une amie rappelait, il y a quelques jours, que le Dalaï-lama avait fui le Tibet pour ne pas être acteur de la mort d'un seul de ses ennemis.
Sa parole a beaucoup plus de force et de légitimité, forte de cette cohérence interne.
Une gemme.
Il faut cependant écouter la vox populi. Que veulent-ils réellement nous dire ?
Ce sont des gens comme vous et moi qui sont là-bas.
Et qui vivent ça tous les jours.
Les démocraties ont pour devoir d'imposer la paix sur des critères justes et démocratiques.
Je veux bien imaginer que, dans les ors de Saint-Pierre, à Rome, le Pape trouve son Dieu charitable.
Je préfère regarder et analyser les faits même s'ils me déplaisent prodigieusement.
Tiens, il y a un débat sur la colonisation française !
Je sens que je vais entendre un discours sur le bon blanc, instruit et généreux, exportant la démocratie et la paix dans son sillage.
Qu'il le fasse !

LienRépondre

Comments:
[User Picture]From: theonlyj
2006-01-30 09:15 pm (UTC)
je sais...s'arrete les tous.
jay
(Répondre) (Thread)