?

Log in

No account? Create an account
Savants fous - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Savants fous [22e avr. 2006|01:35 pm]
RacReciR
Résumé de l'excellente émission de France 3 cette nuit : la bataille de Tchernobyl.
J'ai recopié le texte de présentation de l'émission (orthographe comprise) :
"Le 26 avril 1986, le quatrième réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait, provocant une catastrophe écologique sans précédent. Ce documentaire est construit autour des récits des principaux témoins: scientifiques, politiciens, Mikhaïl Gorbatchev, Hans Blix, mais aussi Igor Kostine, le photographe qui, quelques heures à peine après l'explosion, a survolé le site en hélicoptère. Sans aucune protection, il a pris ses premiers clichés. Grâce à l'imagerie de synthèse et à des documents filmés inédits, retour sur une bataille acharnée contre un ennemi invisible et particulièrement dévastateur."

C'était une expérience.
Les ingénieurs voulaient tester un nouveau truc pour économiser du plutonium.
Donc, ce soir-là, ils font une expérience.
Et ils coupent les systèmes de sécurité qui les auraient empêché de faire.
Sur une centrale en activité.
Vous connaissez la suite.
L'expérience se passe mal.
Le coeur du réacteur se met en fusion (on parle de fusion nucléaire) et tout se tranforme en magma qui provoque l'explosion du toit de la centrale et l'éjection d'une colonne de fumée à plus de 1000 mètres d'altitude. Boum !
Pour rater l'expérience, ils l'ont bien ratée.
Le shadok qui sommeille en moi applaudit l'exploit.
Le problème, parce qu'il y a un petit problème, c'est que la fusion s'auto-alimente et que ça ne sert à rien de jeter de l'eau sur des noyaux de plutonium en train de transmuter à quelques centaines de milliers de degrés de température.
Il faut juste confiner le magma, éviter qu'il se nourisse de matière fissile et, dernier point, qu'il ne subisse pas un choc thermique qui induirait son explosion (l'eau est par ailleurs un miroir à neutrons).
Une explosion nucléaire.
50 fois Hiroshima.
Il se fait, que par le plus grand des hasards, coule sous la centrale, la nappe phréatique qui alimente tout le pays.
Et que le magma s'enfonce de 20 cm par jour (ou un chiffre de cet ordre là).
La centrale était bâtie sur une cuve d'eau sensée refroidir les circuits quand tout fonctionne.
Ces circuits ont été purgés au moment de l'explosion.
La centrale s'enfonce donc doucement dans le sol.
Le problème est que si l'on ne faisait rien, le magma rejoindrait la nappe phréatique et boum.
50 fois Hiroshime.
Plus d'Europe.
Sans parler de la pollution de tous les cours d'eau jusqu'à la mer noire.
Les soviétiques ont donc pensé qu'ils n'avaient pas le choix.
Les scientifiques consultés ont préconisé d'enchâsser la centrale dans un sarcophage de béton.
Prévu pour tenir 30 ans.
Les robots sont incapables de réaliser pareille opération.
Il a donc fallu envoyer des hommes pour nettoyer et couler le béton.
Tout en sachant, au niveau des autorités, que beaucoup en mourraient.
C'est ça ou 50 fois Hiroshima.
La question est vite résolue dans ces cas-là.

Des dizaines de journalistes ont payé de leur vie les images qu'ils ont rapportées.
La plupart d'entre eux avaient conscience des risques qu'ils prenaient.
20 ans, ce n'est même pas un clignement d'oeil à cette échelle de temps.
Le plutonium a une durée de demi-vie (où il ne reste que la moitié) de 24000 ans.
Il reste 50 à 80 tonnes de lave, 3 000 mètres cubes d'eau contaminée et des tonnes de poussière
Je n'ai donc aucune idée du temps qu'il faudra pour que ce coeur devienne inerte mais il est raisonnable de compter plusieurs générations d'humains
Il ne devrait pas y avoir beaucoup d'entre nous pour finir de compter.

Les travaux de renouvellement du sarcophage, dont le début était programmé il y a 10 ans, ont pris du retard par manque d'argent
Je vous rappelle que le magma est toujours actif dans ce coeur nucléaire.
Il reste donc 10 ans au mieux avant que le sarcophage cède, ...si les calculs des ingénieurs sont corrects, il ne faut pas oublier que ce sarcophage est aussi une première. Une autre expérience en vraie grandeur.
On ne peut donc pas leur en vouloir si le magma est plus actif que dans leurs calculs. Ou que le sarcophage soit moins robuste que prévu, construit à la hâte.
Je ne sais pas combien de temps il faudrait au magma pour atteindre la nappe phréatique (quelques dizaines, centaines d'années ??) mais il sera sûrement préférable qu'une autre planète ait alors été trouvée.
Le cercle de quelques dizaines de km qui entroure la centrale est devenu inhabitable pour des milliers d'années.
L'éternité quoi.
Après cette expérience sur son propre territoire, Gorbatchev affirme avoir pris la décision unilatérale de retirer l'ensemble des missiles nucléaires qui pointaient vers l'Europe.
Il a pris conscience que c'était une arme qui ne devait pas servir.
Au mieux, on se tire une balle dans le pied.
Au pire c'est la vie éradiquée sur la planète.
Pendant que de grands scientifiques français m'expliquaient alors qu'un vent favorable épargnait la France, des dizaines de milliers de russes étaient mobilisés pour construire en urgence le sarcophage.
Au risque de leur vie.
Une épopée dont il ne me souvient pas alors avoir entendu parler.
Sans doute un oubli de ma part.

Des dizaines de documents passionnants sur le sujet sont renvoyés par un moteur de recherche.
Je n'ai pas pu résister à un extrait :
"Pyrophoricité (capacité à s’enflammer quand il est sous forme de poudre). Le métal plutonium, quand il est finement divisé, est pyrophorique. Les particules de moins d'un millimètre de diamètre sont pyrophoriques à environ 150 °C ; les particules de plus de 1 millimètre diamètre sont pyrophoriques à environ 500 °C [Science n° 2, 94]. Les feux de plutonium produisent une fumée de dioxyde de plutonium, des particules fines et insolubles.

Criticité imprévue. Environ 5-6 kg de plutonium entourés d'un excellent réflecteur tel qu'une masse d'eau constitue une masse critique ; mais comme avec l'uranium, la quantité nécessaire pour produire une masse critique varie selon des facteurs tels que la géométrie de la masse et la présence des modérateurs ou des réflecteurs de neutrons.

Le plutonium en solution liquide, telle que le nitrate de plutonium est plus susceptible de devenir critique que le plutonium solide [IPPNW 95].

Difficulté de détection. Parce que le plutonium 239 n'émet que des particules alpha, lesquelles ne parcourent que des distances courtes et ont un rayonnement gamma faible, le plutonium contenu dans un récipient est difficile à détecter. On le mesure par des moyens indirects, normalement des calculs basés sur la radiation gamma présente, ce qui n'est pas une mesure précise. P. Nicolai de Valduc vante une méthode qui permet la mesure de la masse de plutonium dans les déchets avec « une barre d'erreur proche de 15 % » [Nicolai 93]."

Tchernobyl à lui tout seul, peut éradiquer la vie dans une grande partie du globe.
Et provoquer des ravages sur le reste de la planète.
Le coeur n'est pas enflammé, il est juste en fusion.
Enflammé c'est l'étape au dessus.
C'est des milliers d'années exprimées en quelques secondes.
C'est forcément détonnant à entendre.

Je ne sais pas ce qu'il en pour vous mais si le prix de mon électricité est celui du risque de la destruction de la planète, alors je préfère m'éclairer à la bougie et rouler en vélo.
Ou trouver des sources d'énergie alternatives.
Je trouve un tantinet déplaisant de vivre en pensant, qu'à tout moment, un savant fou peut allumer une mèche dans un laboratoire et tout faire sauter.
Désolé, j'avais mal calculé les conséquences ! Je ferai attention la prochaine fois.
On n'est pas dans un dessin animé, n'est-ce pas ?
Il ne faut pas qu'il puisse y avoir de prochaine fois.
LienRépondre