?

Log in

No account? Create an account
Pat en deux coups - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Pat en deux coups [20e juil. 2006|05:09 pm]
RacReciR

Il y a des parties qui sont mouvementées.
Celles où une attaque est préparée et où la défense se met en branle.
Ainsi la guerre du Liban.
Les noirs : Le Hezbollah, membre du gouvernement libanais minoritaire et dans l'opposition, crée un incident et enlève deux soldats israéliens sans en informer quiconque (pour obtenir la libération de milliers de personnes, détenues sans jugement en Israel).
Les blancs : Israel, avec le soutien des américains, attaque l'aéroport de Beyrouth et commence son oeuvre de destruction en criant que le Hezbollah est une émanation de l'étranger.
les noirs : le liban informe que le Hezbollah fait partie de la communauté libanaise et, bien qu'en désaccord avec l'enlèvement des soldats, est solidaire devant la disproportion de la réaction.
les blancs : rasent beyrouth, les villes du sud et toutes les infrastructures du pays espérant qu'un pays étranger intervienne pour conforter leur analyse. Que des civils victimes des bombes.
les noirs : l'ensemble des pays arabes affirment être aux côtés du Liban et refusent l'option guerrière qui est mise en oeuvre. Ils condamnent l'action du Hezbollah mais trouvent la réponse totalement disproportionnée et violant tous les engagements internationaux.
les blancs : il reste encore quelques trucs à casser, des ambulances, des usines, des banques...
les noirs : voilà, nous n'irons pas au delà. Faites ce que vous voudrez.

Je n'aimerais pas jouer les blancs.
Ils vont avoir à gérer une catastrophe humanitaire.
Que voulez-vous qu'ils fassent ? Qu'il partent ou qu'ils continuent ils ont prouvé à la terre entière qu'ils n'avaient aucune considération pour les populations civiles que ce soit en Palestine ou au Liban. Les mêmes images de part et d'autre.
Des avions plein de bombes qui rasent tout sans discrimination.
J'aurais pu applaudir s'ils avaient libéré leurs otages.
Mais non, 300 ou 400 civils, un pays ravagé et une catastrophe humanitaire en perspective est la seule façon de négocier.
Il faut bien tester tous ces jolis joujoux que leurs livrent les amis américains ou qu'ils fabriquent eux-même.
Et, dans un même propos, prétendre vouloir construire la paix dans la région pour eux et leurs voisins.
Ben tiens !

Regardez bien. Il n'y a personne qui va intervenir. Il n' y a pas plus d'allié étranger que de cheveu sur le crâne d'un chauve. Les libanais sont livrés à eux mêmes sans défense, et Israel est en position de faire ce qui lui plaît.
Il y a juste toutes les caméras et les micros du monde qui ont enregistré, qui enregistrent et qui enregistreront pour la postérité.
Les deux premiers suffisent désormais.
Il n'y a même plus besoin que les bombes s'arrêtent pour voir la fin.
Ca servira de leçon aux autres.
Lisez le Livre !
C'est l'histoire d'un peuple qui défendait sa terre contre un envahisseur beaucoup plus grand et plus fort que lui.
Une pierre dans le front.
Ou un caillou dans la chaussure.
Vous faites quoi maintenant ? C'est aux blancs de jouer.

Même si les bombes s'arrêtaient tout de suite, la responsabilité de la crise humanitaire majeure qui se met en place est entière.
Ils vont bien, dans quelques semaines, participer à sauver les gens qui meurent du faim et de soif ... ou les avoir achevés d'ici-là.
De grands stratèges.

LienRépondre