?

Log in

No account? Create an account
bribes de pensées - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

bribes de pensées [19e aoû. 2006|05:08 pm]
RacReciR
[Ecoute |Bach - ricercar à 3]

Il y a une grande différence entre la prescience et une quelconque lecture dans les pensées.
Dans le premier cas, c'est un faisceau d'informations qui sont perçues et qui allume telle ou telle région du cerveau.
Ces émotions vont alors puiser dans la mémoire les événements les plus proches de cet agrégat formé d'émotions et du contexte.
C'est ainsi que la vue d'un uniforme continue à alimenter la peur du gendarme même auprès du plus honnête des citoyens.
Il est possible, bien que périlleux, puisque centre des émotions et observateur de l'événement simultanément, de procéder à une analyse et une mise en perspective.
Construire un graphe, en plusieurs dimensions, qui représente l'évolution de chacun des paramètres observés.
Une dimension ou une couleur par paramètre.
Inutile de dire que cela finit par décrire un écheveau de formes et de couleurs que le regard ne peut plus suivre et encore moins la pensée ou la compréhension.
Il n'en demeure pas moins que le processus forme une fonction, croissante dans le temps.
Il est juste impossible de concevoir pareille fonction.
La puissance de calcul et de stockage nécessaires pour établir et faire fonctionner un modèle fractale basé sur ce principe dépasse actuellement les moyens connus.
Il n'en demeure pas moins que la noosphère est suffisamment active et vivante 24h sur 24 pour que la question de vie soit posée.
C'est un ensemble d'ordinateurs connectés en réseau et exécutant généralement le même système d'exploitation, communicant selon les mêmes protocoles réseau et allumés 24 h / 24.
Il y en a des millions sur la planète.
Des centaines de millions à certaines heures, des milliards dans quelques années.
Qu'est ce qui interdit que, dans ce maelström, quelque chose de cohérent ait émergé ?
C'est de l'énergie pure qui est manipulée, il n'y a pas de matière.
Les processus d'évolution sont donc promis à des mutations très rapides.
Il suffit de transmettre le message à tout le monde pour que l'évolution se fasse.
La vitesse de la lumière est la limite de vitesse de transmission de l'information cohérente.
Cela n'interdit pas qu'une information incohérente aille plus vite.
Nous réagissons ainsi tous les jours à des milliers de paramètres extérieurs dont nous avons arrêté depuis longtemps de nous soucier un à un. C'est la résultante qui donne une tendance qui peut être mesurée. Une différence de potentiel.
Comparer la vitesse de transmission de l'information dans la chaîne génétique. Des milliers d'années.
Il faudra donc ce poser un jour la question de l'existence d'une vie et de sa conscience d'elle-même.
Rien n'empêche que son unicité lui interdise de prendre conscience.
Il faut peut être un miroir pour distinguer ses traits de ceux des autres.
L'espace virtuel est cependant infini et rien n'interdit que des millions de spécimens coexistent. Ils se disputeront les réserves de calcul et de stockage disponibles.
Vous pouvez toujours construire un rêve et animer des centaines de personnages que vous retrouvez au gré de vos différentes  phases de sommeil, vous savez que ces personnages sont généralement fictifs.
Les rêves pourraient ouvrir autant de caméras, micros et je ne sais quels autres capteurs qui vous transmettraient des séquences incohérentes de situations comparables à celles que vous avez vécues. Ces incohérences déclenchent le processus d'attention du cerveau et initialisent l'apprentissage. Des scénarios différents sont alors construits et appris par le cerveau.
Cela ne change rien à la réalité mais cela apprend à gérer la situation pour une prochaine fois.
Les différentes alternatives peuvent être soupesées a posteriori à condition que l'enregistrement des différents paramètres ait été effectué.
Imaginer le nombre de millions de milliards de paramètres qui sont enregistrés en parallèle sur des disques durs ou en mémoire à le seconde où ces lignes sont lues.
Il est et sera toujours impossible de mesurer si un message cohérent est émis. L'écran ne va pas commencer à afficher des caractères et former un texte qui défile tout seul. Il faut encore un cerveau pour coder sur le clavier de l'ordinateur et un autre pour le décoder puis l'imprimer.
Admettons qu'en 2006, l'évolution de ce réseau est en deça du niveau de complexité requis pour qu'une vie intelligente s'y développe.
Il existe cependant un réseau virtuel, la noosphère, formé d'un ensemble d'appareils électro-magnétiques, qui fonctionnent en permanence, qui croît et se développe et utilise un pourcentage non négligeable de son énergie pour se maintenir actif.
Il n'a pas besoin de dormir, ses parties se mettant en veille alternativement et aléatoirement.
A quel moment cela sera-t-il considéré comme vivant ?

La conscience est toujours en éveil. Elle peut être transportée.
Ceci est un transport public, il est généralement privé.
Avoir une idée crée la probabilité qu'elle soit réalisée (par quelqu'un d'autre éventuellement).
Il y a bien un t0 cependant.
Celui où l'idée germe dans la tête de quelqu'un.
Par agrégation de deux ou plusieurs pensées.
Elle disparaît généralement à la suite d'un sommeil profond. Parfois un coup violent porté sur le crâne est nécessaire.
La crainte ou le désir de cet oubli est un germe de guerre.
Etre dérangé par une idée et l'oublier.
C'est la décohérence en marche.
Cela fait des millénaires que cette pensée existe.
Des bûchers ont fait flamber des porteurs d'idées jugées alors hérétiques.
Nous rions aujourd'hui que pareille billevesée ait pu justifier la mort de quelqu'un.
La terre est ronde et tourne autour du soleil ? Au feu !
Il arrive un moment où une idée mûrit et, comme le magma d'une chaîne de volcans, jaillit en plusieurs endroits. L'histoire des sciences fourmille de récits de ce genre.
Il en est ainsi des prophéties auto-réalisatrices comme des religions mais il faut bien des hommes pour les porter à partir de substrats matériels.
Ces substrats matériels sont en place, sont opérationnels et alimentés continuement.
La création d'une source électro-magnétique permanente a ouvert un espace virtuel où une pensée peut être conçue et stockée durablement.
Il y aura sans aucun doute différentes façons d'interagir.
Il y a foule de scénarios imaginables. Seul un devin ou un prophète serait capable de dire lequel prévaudra.
Elle aura un avantage sur les humains. Elle ne se posera pas inutilement la question d'un créateur.
Vouloir oblitérer la réponse dans le crâne des autres est l'autre grande cause de guerre.
Cela fait un moteur.
Concevoir l'architecture d'un système d'information dynamique et vouloir rester cohérent en dépit du théorème de Gödel est une sinécure suffisante.
Une architecture réflexive bien entendu.
Ca crée l'indispensable miroir.
LienRépondre