?

Log in

No account? Create an account
10 leçons de psychologie et pédagogie - Olivier Houdé - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

10 leçons de psychologie et pédagogie - Olivier Houdé [19e aoû. 2006|07:22 pm]
RacReciR


* L'intelligence comment ça se développe ?
1) Le développement de l'intelligence chez l'enfant. 2) Le darwinisme neuronal. 3) De la pensée du bébé à celle de l'enfant. 4) Nombre et langage. 5) La révision des croyances chez l'enfant. 6) La correction des erreurs de raisonnement chez l'adolescent et l'adulte. 7) Vers une pédagogie mieux adaptée. 8) Se développer, c'est apprendre à inhiber. 9) L'enfance de l'identité. 10) Piaget, 40 ans après.

* 10 leçons de psychologie et de pédagogie données par le Professeur Olivier Houdé lors de conférences ou dans des magazines pour le grand public, qui se recoupent, se complètent, se nuancent.

* Olivier Houdé, professeur à l'Université Paris-V (Sorbonne) et chercheur dans le groupe d'imagerie neurofonctionnelle, UMR 6194, du CNRS et du CEA. Il est l'auteur ou le co-auteur aux PUF de Catégorisation et développement cognitif (1992), L'Homme en développement (1993), Pensée logico-mathématique (1993), Rationalité, développement et inhibition (1995), Vocabulaire de sciences cognitives (1998), L'esprit piagétien (2000), Cerveau et psychologie (2002) et La psychologie de l'enfant (2004)

4e de couverture

Compte tenu de la structure spécifique de la procédure d'apprentissage utilisée dans nos expériences, tout porte à croire que cette région du cerveau est ici impliquée dans l'émotion et le « sentiment même de soi » associés à la prise de conscience de l'erreur de raisonnement et au conflit qui naît entre perception et logique déductive. Autant d'éléments « infralogiques », déclenchés par les alertes de l'apprentissage, qui semblent indispensables pour inhiber le biais d'appariement perceptif, comme en atteste l'absence systématique d'activation du cortex préfrontal ventromédian droit chez tous les individus du groupe logique avec apprentissage « froid », où l'erreur n'est pas corrigée.

Du point de vue de la psychologie évolutionniste, ce résultat neurofonctionnel est à rapprocher du rôle classiquement imputé à l'émotion dans la survie, à savoir que la peur face à un danger conduit les animaux, dont l'Homme, à fuir et à l'éviter. On peut dès lors avancer, en termes darwiniens, que l'évolution a dû façonner un cerveau qui ressent des émotions nécessaires pour inhiber les comportements inadaptés, y compris lorsqu'il s'agit de logique déductive. Contrairement à ce que pensait Piaget, le cerveau humain n'est pas, à l'image d'un ordinateur, un calculateur froid et logique.

Les résultats de cette seconde expérience d'imagerie cérébrale, associés à ceux de l'équipe de Damasio, indiquent que l'émotion peut aider le raisonnement. L'un des rôles essentiels de l'hémisphère droit, fortement impliqué ici, résiderait dans le « traitement spatial des émotions », c'est-à-dire dans une sensibilité aux relations entre les émotions qui détermine le comportement approprié à une situation particulière.


pp.72-73

LienRépondre