?

Log in

No account? Create an account
Cri primal - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Cri primal [7e sep. 2006|12:05 am]
RacReciR
[Humeur |happyhappy]
[Ecoute |Do 4]

C'était, aujourd'hui, mon premier cours de chant.
Cela fait des années que l'idée me brûle et je rongeais mon frein de devoir attendre.
Je constate en effet, depuis longtemps, qu'une partie des problèmes que je peux rencontrer dans l'exécution de la musique aux claviers provient de l'absence de pratique du chant.
Théorisant la relation entre la pensée musicale et la parole chantée, l'affect.
Je fredonne régulièrement, au clavier ou sous la douche mais, jusqu'à ces derniers mois, je ne pensais pas correctement les respirations, montées et descentes...
J'ai donc attendu, huit années paresseuses, que l'absence de chant devînt criante au piano avant d'entreprendre entonner des phrases puis, l'occasion s'étant présentée, prendre la décision d'apprendre à poser la voix.
Voilà un nouveau thème de fugue.
Me voici donc rendu au sujet, frivole.

Je suis donc baryton.
Je peux accéder à une palette qui s'étend du Sol 1 au Ré 4 (avec un La 3 à 440Hz).
Je suis incapable, pour l'instant, de chanter correctement une seule de ces notes.
Ou alors par inadvertance.
Le premier cours a en effet duré une pleine demi-heure, pendant laquelle ma professeur m'a montré comment faire résonner la colonne d'air dans l'oesophage, les maxillaires et le nez.
Nous avons donc déambulé le long de deux octaves. Pas à pas, demi-ton par demi-ton.
M'expliquant comment ouvrir la bouche, détendre la machoire, prendre la respiration, ne pas penser la note et faire vibrer les cordes vocales à la même fréquence que celles du piano.
Beaucoup de cahots lors de cette première descente mais c'était la première fois que j'arpentais ce sentier.
J'ai pris conscience de la résonance.
La colonne d'air qui forme une onde stationnaire depuis le nombril (quelques cm plus bas) jusqu'aux dents et la langue qui repose.
Ne pas forcer la note mais l'exhaler, naturellement.
Répondre au piano.
J'imagine qu'il faudra quelques mois avant d'apprendre le naturel de la situation mais j'ai pu en faire vibrer quelques unes.
J'ai ainsi mis quelques minutes à suivre les indications de la professeur et entendre la seule nasale qu'elle a bien voulu tenter pour cette première.
J'ai peine à imaginer la jubilation que doit procurer une voix entraînée et rompue à toutes ces notes.
Les quelques unes que j'ai entendues ouvrent des horizons nouveaux.
Passer de la théorie à la pratique.
Mezzo voce.
Chanter des phrases entières, à en perdre la raison.
A couper le souffle.
LienRépondre