?

Log in

No account? Create an account
BACH en son temps - Gilles Cantagrel - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

BACH en son temps - Gilles Cantagrel [11e sep. 2006|11:21 am]
RacReciR
[Tags|]
[Humeur |amusedamused]
[Ecoute |Bach - Sonates pour violon - BWV 1014-1016]

BACH en son temps - Gilles Cantagrel

Jamais compositeur ne fit de fugue qui se puisse comparer aux siennes. Celui qui ne connaît point les fugues de Bach ne peut même se faire une idée de ce qu'est une véritable fugue, et aussi de ce qu'elle doit être.
dans les fugues ordinaires on ne trouve guère qu'une routine insignifiante. On prend un thème auquel on donne un compagnon, on les transpose périodiquement dans les tons qui circulent autour du ton primitif, puis on les fait accompagner dans ces pérégrinations par d'autres parties munies de la basse continue. C'est bien là une fugue, mais de quelle espèce ? Il est tout naturel de voir les personnes ne connaissant que cette sorte de fugue professer le plus grand mépris pour le genre entier. Il est vrai que pour faire d'une pareille banalité un réel chef-d'oeuvre, l'artiste doit déployer une somme considérable d'art et d'imagination.

La fugue de Bach, elle, est bien d'une autre sorte. Elle remplit toutes les conditions que nous avons accoutumé d'exiger seulement de compositions d'un style beaucoup moins sévère. Un thème d'un caractère élevé, dont il extrait en entier une mélodie principale continue et caractéristique, l'aisance, la clarté et la facilité dans la progression des parties, une inépuisable variété de modulations combinée avec une parfaite pureté de l'harmonie, l'exclusion de toute note hasardée et n'appartenant point nécessairement à l'ensemble, l'unité et la diversité dans le style, dans le rythme et la mesure, enfin une vie répandue à travers le tout avec une surabondance telle que l'auditeur ou l'exécutant semble parfois apercevoir dans chaque note un être animé : telles sont les qualités de la fugue de Bach, qualités qui excitent l'étonnement et l'admiration de tout juge sachant la masse d'énergie intellectuelle requise pour la production de pareils ouvrages...

Chacune a son caractère propre, parfaitement défini et précis, duquel dépendent les tours harmoniques et mélodiques qui la complètent. Savons-nous une fugue de Bach et pouvons-nous l'exécuter couramment, nous sommes sûrs de n'en savoir qu'une et de n'en pouvoir exécuter qu'une, à la différence de ce qui arrive avec les fugues des autres compositeurs du temps de Bach ; de celles-ci nous pourrons jouer des in-folio dès que nous en aurons compris une seule et que nous nous la serons rendue familière.


pp. 548-549 (Forkel, la première biographie, 1802)

LienRépondre