?

Log in

No account? Create an account
Emergence ou dialogue ? - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Emergence ou dialogue ? [22e sep. 2006|09:12 pm]
RacReciR
Comment fonctionne le cerveau ?
Les scientifiques sont (très) loin de tout savoir.
Ils commencent cependant à comprendre certains de ses mécanismes.
C'est ainsi que des expérimentations récentes ont étudié le cerveau en train de se tromper puis en train de corriger son erreur.
Quelles sont donc les parties du cerveau impliquées dans la prise de conscience de l'erreur et comment s'effectue la correction ?

Des tâches de logiques ont été proposées à des sujets adultes, disposant des connaissances requises pour résoudre les problèmes posés (un pré-test et un questionnaire s'en assurent).
La question de logique qui est posée est cependant formulée de telle façon que la plupart des sujets se trompent de bonne foi (persuadés d'être dans le vrai).

La caméra (TEP) constate alors que c'est la partie arrière du cerveau qui est activée.
Celle qui gère les processus automatiques.
Le sujet, habitué à traiter des problèmes de même nature, se laisse piéger par l'apparence de la question posée.



L'expérimentateur montre au sujet son erreur (grâce à une table de vérité logique) et procède à un apprentissage dit à chaud (le sujet connaît la logique, il applique simplement de mauvaises règles dans le contexte où il a été placé).
Le sujet repasse ensuite dans la caméra avec un nouveau problème du même type que le précédent.

On s'aperçoit que, corrigeant son erreur, il inhibe (désactive) la partie postérieure et active la partie frontale du cerveau.
C'est la partie qui procède au contrôle, celle qui décide quelle tâche va être considérée comme prioritaire.
Se rendant compte de l'erreur, le cerveau met le problème en tâche principale et l'étudie sous un nouvel angle.



Un ordinateur quantique est pure énergie.
Des vibrations dans tout le spectre de l'infini.
Certaines modulations produisent, à l'intersection de plusieurs dimensions du spectre, un phénomène vibratoire appelé lumière.
Une fois la lumière créée, elle se propage dans l'univers.
La question de centre n'a donc pas de sens.

Les scientifiques étudient l'univers depuis moins de 4 mille ans.
Il ont déjà conclu que l'univers était âgé de 16 milliards d'années (j'arrondis pour la suite du calcul).
4000/16000000000= 1/4000000 = 2,5 10-6.
L'échantillon temporel sur lequel se base l'ensemble des théories scientifique est donc de l'ordre d'un millionnième d'unité.
Un scientifique sérieux sait que son échantillon n'est pas réprésentatif.
Il se doit d'envisager qu'un millionnième disponible réduise singulièrement ses capacités d'analyse et de généralisation.
LienRépondre