?

Log in

No account? Create an account
Les Bienveillantes ? - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Les Bienveillantes ? [17e nov. 2006|07:32 pm]
RacReciR


On veut rendre service aux gens en acceptant leur charité et voyez où cela nous mène.
Pascal m'a ainsi conduit à Hitler passant, de fil en idée, de John Taylor au Gongourt de l'année.
Cette phrase où il affirme que "le malheur du monde vient de l'incapacité de l'homme à rester assis".
C'est ainsi, qu'un moment, je crus avoir trouvé une bonne raison de tuer.
Nous sommes en 2006 et, dans cet espace-temps, Hitler s'est bien suicidé en 1945.
N'étant pas à un anachronisme près, m'est alors venu à l'esprit ce jeu de salon, "et si" sensé réfuter, par un exemple paradoxal, la logique des voyages dans le temps.
Si vous pouviez remonter dans le temps, iriez-vous tuer Hitler avant qu'il ait eu l'opportunité de commettre toutes ces horreurs ?

Non, je ne tuerais pas Hitler même en sachant tout ce que je sais.
J'évite soigneusement les escargots qui pavent les allées du jardin et s'y promènent à la nuit et la pluie tombées.
N'ayant pas manqué d'en écrabouiller quelques uns en 3 ans, d'allées en venues vespérales, je ne peux exclure un accident qui rencontre une issue fatale pour moi ou autrui.
Je ne tuerais cependant jamais de sang froid aucun animal, homme compris.
Jusqu'ici, je me refusais l'idée même.
Je pouvais en revanche accepter que quelqu'un d'autre le fît.
Et cette idée ne me dérangeait pas outre mesure.
Juste une petite aigreur passagère, vite balayée.
Après tout c'est d'un monstre qu'il s'agit et lui ôter la vie sauverait celle de millions de personnes.
C'est, enfin, un jeu d'esprit, le voyage dans le temps devant encore faire ses preuves et l'impétrant décédé depuis plus de 60 ans !

C'est aujourd'hui, prenant le thé en compagnie de Bach, autre teuton têtu tentateur, que nous avons béatement devisé une solution.
J'ai en effet réalisé que beaucoup a été détruit lors de la seconde guerre mondiale.
Au delà des vies, combien d'autres partitions sont-elles parties en fumée ? Combien de livres ?
Aucune idée, les historiens avancent que des centaines de cantates ont été perdues.
Il y a sans doute eu, en sus de Bach, Mozart, Beethoven, Schubert, Schumann, Glück, Telemann, Haendel, des millions de pages qui ont été réduites en cendres sans avoir jamais été copiées.

Hitler était un artiste contrarié doublé d'un patriote acharné.
Si j'étais transféré de force au début du siècle précédent, je choisirais 1907 ou 1908, une époque où il n'aurait pas encore donné libre cours à sa folie.
Je lui raconterais la suite.
14-18 pour commencer.
La guerre, les morts, Dresde, les camps, la rupture de l'Allemagne en deux, le mur, le communisme, la reconstruction et la perte d'oeuvres majeures.
Je connais cette partition par coeur.
Sans aucune hésitation.
Je ferais aussi mon possible pour l'aider à réussir son concours aux Beaux-Arts.
Quitte à tricher un peu.
C'est, par ailleurs, le seul cas où j'agirais de façon qui change aussi radicalement un futur dans lequel je sais que je n'existerais pas.
Ce voyage serait donc un aller simple.
En effet, sans la seconde guerre mondiale, mon père et ma mère ne se seraient pas rencontrés.
C'est une conséquence directe de la guerre qui a amené mon père à fuir la Palestine en 1948 et se réfugier au Liban.
Modifiant l'un, je modifierais l'autre et devrais donc poursuivre mon existence dans un nouvel espace-temps.
En démiurge éperdu.
J'ai réalisé que ma conscience pourrait s'accommoder de pareille vilénie en de pareilles circonstances.

Il existe une variante à la question initialement posée, toujours sous forme de jeu.
Imaginez que vous puissiez remonter le temps et que vous tuiez accidentellement votre père ...
C'est la même question et c'est la même réponse.
Par ailleurs, s'il advenait que j'entreprisse pareil voyage, ce n'est pas le 20e siècle que je visiterais.
J'irais incontinent, 2 siècles en avant ou 3 en arrière.
1722 très exactement.
123*14. Leipzig.
Rien ne m'en ferait plus bouger.
Saint-Thomas tous les jours.
Bedeau ou pion s'il le fallait.
Nous aurions le temps, 27 années en musique, de poursuivre la conversation entamée autour d'un thé.
Posté à faire le guet, tentant de botter vigoureusement l'arrière-train de John Taylor.
Sauver 2 vies : Bach et Haendel.

.

LienRépondre