?

Log in

No account? Create an account
Bouillie pour chat dans un jeu de quilles - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Bouillie pour chat dans un jeu de quilles [4e déc. 2006|08:26 pm]
RacReciR
[Humeur |artisticartistic]
[Ecoute |Bach - RiceRcaR à 6]

J'avais, dans ma f(o)ugue, emporté une ficelle de ma connaissance.
Tiens, un pas qu'(o)n dansait.
C'est, à son habitude, une pelote qui se déroule (à ma grande satisfaction).
A la poursuite d'Ariane, j'ai découvert Minos et un Hercule éponyme Improbables.
Ariane qui s'était égarée sur le chemin du retour a ainsi mis plus d'une heure pour, pestant, s'extraire du labyrinthe.

J'ai aussi découvert pour mon 16è anniversaire, il y a quelques jours, un nouveau jeu que je me faisais joie de pratiquer.
Une variante avait, en effet, déjà inspiré Mozart en son temps, ce dernier démontrant qu'il était possible de composer un contrepoint rigoureux par cette méthode farfelue.
Il s'agit, en effet, de lancer deux dés et, avec un algorithme simple (une table de correspondance), transcrire le résultat en notes de musique.
Tout à ma joie de tenter l'expérience, je me suis précipité - museau en l'air -  hélant les deux dés.
Hellas, mon enthousiasme habituel (je demeure vigoureux, en dépit d'un âge canonique), j'ai vu les dés se précipiter hors de la table et, de la cuisine au jardin, se tapir dans le fourré attenant.
Maladroit que je suis.
J'ai, le froid et la pluie battante, renoncé à procéder à une fouille (contrepoint annullaire).
Il fera beau demain.

Je suis donc roulé en boule au coin du feu, éclairé par sa flamme qui roussit mon pelage cependant que je dévore un ouvrage surprenant.
Après le fils prodigue.
Ce livre conte une histoire qui amuse les siamois, demeurés chez moi.
Il m'est tombé sur la tête, provoquant 35 chandelles et un ramdam alors que j'en poursuivais un autre dans les rayons de la librairie.
Il traite de l'entraînement de l'esprit et de l'apprentissage de la bienveillance sous un angle surprenant, réflexif.
Une inversion supplémentaire.
Celle de la respiration naturelle.
L'inspiration.
En vrai croisé, j'y ai vu un signe de la providence et me suis invité à le lire puis à m'en inspirer pour le jeu.
Du travail en perspective.

Tiens, il travaille un nouveau riCerCar.
Il s'est bien mis à écorcher mes Chastes oreilles d'un Air d'un Haydn Transi (désolé, il n'a pas voulu y couper).
Il m'a aussi posé une question qui me turlupine : "Penses-tu que Bach devisât avec un Chat levantin ?".
Je ne manque pas de reconnaître ce thème royal !
Quel souffle et quels éclats.
Ce <*> est décidément à des années-lumière de ses racines .
Il a beau chanter faux, j'ai toujours l'oreille aussi fine.
Moi, Hercule(E.), chat qui lit ravi.
(Stylé mais Décidément Grincheux)
LienRépondre