?

Log in

No account? Create an account
Fugue Royale en Orient (Saint Nicolas) - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Fugue Royale en Orient (Saint Nicolas) [6e déc. 2006|06:00 pm]
RacReciR
[Humeur |coldcold]
[Ecoute |Bach - Cantate BWV 133 - Ich freue mich in dir]

J'ai récemment entendu la future (?) Présidente Royale de la République proférer un monceau de bêtises.
Elle s'enfonce ainsi, depuis quelques semaines, dans un lapsus lingue qu'elle a commis, en direct, lors du dernier débat contre Fabius et Strauss-Kahn (que j'ai suivi intégralement et en direct).
Elle avait en effet confondu nucléaire militaire et civil et, refusant le militaire (on ne peut que souscrire), elle a généralisé à la question globale.
Pas de nucléaire pour l'Iran, donc. Point barre.
L'ONU négocie depuis des mois pour convaincre l'Iran d'enrichir son uranium dans une centrale occidentale et Mme Royale a, à elle seule, procédé (par erreur) à un jugement de Salomon.

Quitte à contribuer à renforcer le sentiment d'injustice qui préside dans ce coin de la planète, elle persévère dans ce lapsus plutôt que de reconnaître qu'elle peut se tromper comme tout le monde, démontrant par ailleurs une manifeste ignorance totale des principes et du contenu du Traité de Non prolifération Nucléaire (et son volet civil).
Ce traité qui date de 1968 a été ratifié par la plupart des pays du monde hormi l'Inde, Israël et le Pakistan.
La Corée du Nord, signataire, est en infraction.

Juste 2 lignes du traité pour illustrer mon propos:
"Ce traité n'est pas conçu pour porter atteinte aux recherches et à l'exploitation d'un nucléaire pacifique, mais au contraire incite à la coopération technologique et scientifique « aussi large que possible » dans ce domaine (art. IV)."

Quod erat demonstrandum.
N'est pas Shéhérazade qui veut.
Ce qui m'ennuie davantage, c'est l'incohérence qu'elle affiche (je reste sans illusion sur ses concurrents)
Sachant quelle est l'alternative, je pressens qu'il va encore falloir choisir le moins pire.

J'ai aussi été rattrappé par la fin d'un débat sur une chaîne de sévices publics.
Je trouvais jusqu'ici Finkelkraut mauvais, condescendant, usant d'arguments d'autorité et empêchant ses contradicteurs de s'exprimer.
Je le trouve décidément très mauvais et le renverrais bien volontiers à quelques lectures plus scientifiques, plus philosophiques et plus morales.

LienRépondre