?

Log in

No account? Create an account
effacé moi ? - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

effacé moi ? [17e jan. 2007|11:19 pm]
RacReciR
J'ai été l'univers entier.
Pendant quelques secondes (où le temps disparaît), j'ai été l'univers.
Le vide au delà.
Allez raconter ça sans vous faire traiter de tous les noms.
Trouver des paraboles qui rendent le discours acceptable.

Je relis Claire Lumière de Félicité sur les conseils de Flo.
Je pense que chanter les lettres des différents noeuds du CC permet de les localiser.
Le AH court, par exemple, expiré correctement, en laissant le son jaillir, part d'un point autour du nombril.
Le HOUM (comme un ronronnement) fait vibrer le sternum, au niveau du coeur.
HAM (en faisant vibrer le mmm) fait vibrer la boîte crânienne.
OM (o long, m vibré) la gorge

Comme un violoncelle.
Il devrait être possible de localiser les vacuoles de ces centres à l'intersection du point de concentration (le mental - le violoncelle) et de la résonance du son (le physique - l'archet).

... puis trouver les gouttes et les faire fondre volontairement (!)

Jusqu'ici, je partais toujours depuis la tête en cherchant la lumière blanche. Ou entre les yeux.
Parfois pour y rester toute la séance.
Des fois pour descendre jusqu'à la fin de ce que j'imagine être le canal central.
Je m'endormais en chemin ou éprouvais une éjaculation qui mettait un terme à la séance.
C'est de la masturbation mentale.
Il faut contrôler ces deux défauts.
C'est donc les lectures qui m'ont fait découvrir les autres noeuds dont j'ignorais l'existence.
Je suis en cours d'exploration, ayant beaucoup de chemins à découvrir maintenant que je sais où et quoi chercher.
La question de <<*>> des enseignements doit être clairement posée si je veux progresser.
L'expérience et la clairvoyance des autres est source d'enrichissement mutuel et pacifique.

Je sais aussi que je perçois le début du sommeil.
Ce moment où je me dissous dans mon élément le plus élémentaire.
J'arrive à maintenir un filet de conscience, celui qui permet de réciter un mantra en boucle par exemple (penser à le faire).
L'inconscience arrive cependant rapidement.

C'était jusqu'ici le but recherché : dormir le plus rapidement possible.
Je mets moins d'une minute pour dormir si je le souhaite.
J'arrive à accompagner la perte de conscience mais, une fois le bliss de l'endormissement atteint, je ne rêve pas (ou peu) ou alors ne m'en souviens pas et m'éveille le lendemain, ayant perdu conscience.
Il m'arrive parfois d'accompagner un rêve (rarement). Je peux les modifier ou les arrêter mais j'ai une conscience altérée, qui sait que je rêve mais qui ne réalise pas toutes les implications que je réaliserais si j'étais "éveillé".

Normalement, je suis plus imaginatif que ça.
Mais quand je dors, je dors.
Il va falloir que ça change.
Rapidement maintenant que j'ai vu qu'il y avait moyen de reposer le cerveau tout en continuant à méditer et à calculer des chemins possibles.
72000 ? Ca en fait un paquet à explorer pour trouver une sortie et décider ou pas de la prendre.
Mais j'ai aussi encore beaucoup à lire et davantage à tenter de comprendre ces lectures.

SI je suis l'univers ALORS tout est possible.
Il suffit que j'y croie.
Réellement.
J'ai bien vu que j'étais l'univers.
Je m'en souviens parfaitement.
J'ai trouvé ça normal.
Aucun ego puisque seul.
Le concept même n'existait pas.
Il y a toutes les raisons de trouver la solitude admirable et de s'y perdre.
Le contraire est vrai aussi, aurait dit le chat d'Alice.

Je peux toujours nier mon ego et procéder à toutes les ruses des jivaros pour le réduire, il en restera toujours trop.
Au mieux, si je m'éveillais totalement, je connaîtrais le concept d'ego et le trouverais bien familier.
Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite !
A l'infini, ça donne quoi à votre avis ?

La peur contrôle l'esprit. Contrôler sa peur, c'est contrôler son esprit.
C'est ce contrôle qui montre le seul chemin pour la faire disparaître.
C'est une auto-référence, la peur, inculquée aux enfants par la naissance et qu'il faut apprendre à briser.
SI on veut un jour, par la grâce de ses méditations, mourir sans connaître la peur ALORS il faut au moins imaginer qu'il soit possible que quelqu'un d'autre puisse l'avoir fait.
Il suffit ensuite d'imaginer que cet autre c'est soi, ça arrivera bien un jour (fatalement).
Perdre le contrôle de sa peur à ce moment final a toutes les chances de provoquer une catastrophe.
Au moment de la mort il ne faudra pas qu'il soit possible de se tromper.
Il n'y aura pas de prochaine fois pour corriger l'erreur.
Je sais que je suis nul en lecture de carte, il va donc falloir que je reconnaisse le chemin.
Quand je sais, c'est faux et quand je ne sais pas ça ne veut rien dire.
La phrase précédente est vraie et ne veut rien dire.
Partir de ça pour un billet. Ou finir là.

Beaucoup de travail en perspective.
Il faut baliser le chemin.
Petit prince, petit poucet, où est la différence ?
Un coup de pied de nez supplémentaire <*> votre serviteur, mais c'est comme ça.
Quand je mourrai, un univers entier disparaîtra pour laisser place à d'autres.
C'est de l'ego qu'il s'agit.
Il suffit de ne pas le perpétuer pour ceux qui en auront le courage.
(où être homo présente un avantage indéniable pour la société)

Aum Mani Padme Hum
LienRépondre