?

Log in

No account? Create an account
Une Offrande Musicale - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Une Offrande Musicale [23e juin. 2007|11:41 pm]
RacReciR
[Humeur |cheerfulcheerful]
[Ecoute |Bach - Chaconne pour violon]

GaroudasC'est une question difficile.
Lorsqu'on joue Bach, ce n'est pas une fuite, c'est une confrontation.
Quand on joue Bach, on n'est jamais seul, ses notes nous nourrissent.
Il suffit de penser à tous les malheurs du quotidien.
Toutes ces horreurs que l'on voit perpétrées.
Celles qu'on est amené à vivre.
Accompagner ce monde au bord du gouffre.

Cela fait près de dix ans que Jean-Sébastien m'accompagne.
Un dialogue quasi-quotidien.
Quelques semaines de bouderies épisodiques et circonstanciées.
Une sorte de deuil anticipé.
Je pense qu'il est possible, même nécessaire, de rêver.
Toute ma vie s'exprime alors dans une interprétation de Bach.
Il est difficile de se confronter au destin d'un autre personnage.
Il n'en demeure pas moins que c'est moi qui l'exprime.
Je m'y reconnais, je le reconnais, je nous reconnais.

Comme le disait Chepa, il advient dans une vie que l'on se confronte à plus fort que soi.
La plupart conçoivent de l'amertume et cette expérience, au lieu de les enrichir, les dévalue à leurs propres yeux.
Il faut donc apprendre à sublimer ce sentiment.
J'ai rapidement accepté que Bach fût inatteignable.
Même, surtout, en y consacrant plusieurs années de ma vie.
C'est une passion, une vocation, pas un combat.
Je n'ai jamais été en compétition.
Je ne me sens pas avili par une défaite contre le maître.
Son contact m'enrichit et j'ai souvenir d'innombrables dialogues où j'ai parfois compris un détail, une voix personnelle, une intonation, quelque chose à transmettre.
Nul ego dans cet écho là.

Pour jouer Bach, il ne faut pas avoir peur de la beauté.
Ni de la laideur.
La sienne ou celle des autres.
Tout l'art de Bach trouve ses racines dans la foi.
Son oeuvre entière est portée par cette foi.
Elle nous transcende et nous unit.
On garde ainsi une dette éternelle envers le compositeur.
Des générations entières qui se succèdent et qui, toutes, vont se poser la question : "Comment l'interpréter ?"
C'est une question difficile.
LienRépondre