?

Log in

No account? Create an account
C'est pour quoi faire ? - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

C'est pour quoi faire ? [2e aoû. 2007|03:48 pm]
RacReciR
Parfait mouton"S'il vous plaît, dessine-moi un mouton".
Mes dépenses sont généralement effectuées par carte bancaire, entrelacées de virements automatiques et de quelques chèques.
Que des opérations parfaitement traçables, aux quelques retraits en espèces près que j'effectue pour mes menues dépenses.
C'est, par ailleurs, de l'argent dont la provenance est parfaitement identifiée puisque objet d'un salaire, dûment déclaré au centime près.

Il n'en demeure pas moins qu'un ami m'ayant prié de régler une "dette" en espèces, j'ai eu une occasion supplémentaire d'être surpris par ce meilleur des mondes qui nous entoure.
Une somme relativement importante, équivalant à 2 mois de salaire.
J'ai ainsi, pris d'un pressentiment, téléphoné lundi à la banque pour m'assurer que tout irait bien et, sur l'insistance du téléconseiller, ai dû préciser le montant du retrait et l'heure de mon passage en agence.

J'y suis donc allé aujourd'hui avec l'ami en question - souhaitant m'enrichir en me débarrassant aussitôt de pareille somme - que j'ai prié de bien vouloir m'attendre au café faisant face à l'agence bancaire.
C'est, remplissant son formulaire, que la dame préposée au guichet s'est enquis des motifs de ce retrait.
"Personnel", lui répondis-je.
"Mais, il faut que j'indique une raison. C'est réglementaire".
"Personnel", maintains-je (ce qui me semblait être le meilleur motif qui fût).
Je feignis de ne pas voir la mine dépitée que ma réponse suscitait et la laissai tapoter nerveusement sur son clavier.
Photocopie de ma carte d'identité, "souriez à la caméra qui est devant vous", quelques minutes d'attente et, merveille de la technologie, la liasse de billets s'annonce automatiquement par une sonnette qui permet l'ouverture du tiroir où elle s'est subrepticement glissée.
Comptage et recomptage, signature précédée d'un "bon pour accord" et, après m'avoir tendu les billets, une troisième tentative : "Vous savez, il faut que j'indique un motif pour un retrait de cette importance".
Plus sèchement : "Ben vous indiquez Personnel. Je peux m'en aller ?"
Et, après une dernière risette à la caméra, je quittai ce lieu hospitalier s'il en fut pour aller prendre un café en face.

Moralité ?
Ca pue !
LienRépondre