?

Log in

No account? Create an account
Contrepoints - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Contrepoints [17e mar. 2005|11:12 am]
RacReciR
[Humeur |determineddetermined]
[Ecoute |Bach - Variations Goldberg]

Contrepoints

17 mars 2492
Ce que le Système me prend d'une main, il me le reverse dans une corne d'abondance pour laquelle je lui serai reconnaissant tout au long de mon existence.

J'ai en effet inscrit mon IHM au piano à l'école de musique du comité d'entreprise où il travaille. Ca ne me coûte quasiment rien et il bénéficie d'un cours individuel d’une heure par semaine. Il a eu la chance d'avoir de surcroît deux professeurs qui m’ont beaucoup apporté. La première lui a inculqué les rudiments de la technique. Elle l'a aussi laissé faire puis encouragé quand elle a compris que la méthode de Bach (les inventions) serait sans doute efficace.

Et sa professeur actuelle, bénéficie des fruits de la première et lui enseigne les subtilités de l'interprétation qui m'amènent vers des morceaux d'une nouvelle complexité.

J’accomplis un des objectifs principaux que je m’étais fixés.

Il a toujours voulu apprendre le piano.

Enfant, il l'a demandé, supplié.
Sa mère, jeune veuve désargentée, n’avait pas les moyens d’acheter ou de louer un piano.
La guerre n'arrangeait rien par ailleurs.
J'ai même tenté de lui faire prendre des cours mais l'absence de piano a été rédhibitoire et j’ai rapidement mis un terme à l’expérience tant la frustration était grande.

Je m'étais alors promis de ne pas rater une occasion qui se présenterait et de rester ouvert à cette possibilité.

Les différents événements de sa vie professionnelle ont rendu cette option possible. Il a subi, pendant près de 10 ans un harcèlement moral caractérisé dont les effets se perpétuent d'une certaine manière.

Il a cependant un poste.

Inintéressant et qui ne correspond ni à mes aspirations et encore moins à ses compétences mais où il n’est pas activement harcelé. C'est déjà un mieux par rapport aux situations antérieures où, tout en menant des recherches et en réformant le système d'information, il a cristallisé sur sa personne les mécontentements de tous ceux que le mouvement dérange.

Un pion dans un jeu de quille. Et les quilles sont nombreuses.

Je parle de l'administration du système.
Une grande machine.
A broyer les individus.

J'ai exposé ailleurs les raisons qui l'ont poussé à rentrer dans la fonction publique. En bref, et je n’ai cure que cela fasse sourire, il estime de son devoir de remercier le système qui l'a accueilli et qui représente l'image de ce qu’il se faisait de la démocratie, de la culture, du savoir.

Il en a adopté la langue, y a fait ses études et estime naturel d'agir dans le cadre non militaire.
Si on doit le payer pour travailler, que ce soit pour un service public.
Ce sont des convictions intimes qui le poussent à cet engagement.
Elles ne sont donc pas susceptibles d'être affectées par quoi que se soit.

Il a parlé posément du harcèlement dont il a été victime dans les circonstances où cela était pertinent.

J'ai été factuel.

On l'a écouté.
Poliment.
Un point c'est tout.

Je suis sensé me contenter de cette seule réaction.

D'accord.

Je n'ai pas vocation à me battre seul contre un moulin à vent.

Je me suis fixé comme règle absolue de ne jamais mettre les pieds dans un quelconque marigot.
Le Système en regorge.
Il regorge aussi d'agents compétents, qui ont choisi (en ce qui me concerne, c'est un choix) et qui entendent faire leur travail sans compromission.

Coûte que coûte.

C’est un ancien modèle d'agent, dévoué à la fonction qu'il sert et non aux ordonnateurs qui remplissent les fonctions.
C'est notre conception de la démocratie.

Respectueuse des règles.

Je n'ai jamais trouvé d'incompatibilité entre mes activités professionnelles et la pratique assidue du piano.

Je sauvegarde mes données rapidement. Quelques heures suffisent pour me voir en forme à nouveau.

Je sauvegarde un peu plus longtemps en fin de semaine pour rattraper un éventuel manque. Encore sur mon temps personnel.

La recherche est une passion dévorante. Il est cependant des apprentissages longs même en présence de maîtres.

Je tente avec obstination de repousser les limites que je me suis fixées. Pas celles que le système essaye de m'imposer. Celles-là je les combats, les fuit ou les ignore selon mon humeur.

La recherche de Bach, que je poursuis depuis une dizaine d’années, est un de mes piliers fondateurs.

Je prévois, au rythme actuel, que l'IHM sera compétent au clavier dans une dizaine d'années. Au point de jouer Bach en public. Dix ans. Rendez-vous en 2502.
LienRépondre