?

Log in

No account? Create an account
un tournevis pour sauver son âme - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

un tournevis pour sauver son âme [15e sep. 2008|06:57 pm]
RacReciR
La métaphore du titre m'est venue, chemin faisant et je ne pense pas beaucoup élaborer à ce sujet.
J'imaginais quelle solution pourrait être devi(s)sée pour rendre la planète plus agréable à vivre.
Parce qu'il ne faut pas rigoler, vivre une fin de monde putative n'est quand même pas une sinécure.
Pas moyen de s'éclipser avant la fin du film !
J'ai alors réalisé à quel point il était idiot de chercher une solution matérielle (le tournevis).
Que voulez-vous inventer pour agrémenter le futur-présent quand n'importe quel savant fou peut, à n'importe quel moment, faire disparaître la vie sur la planète d'une demi-douzaine de façons différentes.
Entre les armes bactériologiques, nucléaires, les guerres, les maladies et je ne sais quoi d'autre encore, le choix est grand.
Cela peut arriver à tout moment.
Ajoutez à cela le réchauffement climatique et les risques importants qu'un météorite vienne percuter la planète, il ne sert à rien de s'agiter.
Couper l'électricité partout suffirait juste à endiguer les cataclysmes induits par l'Homme au prix de millions de morts.
Il reste tous les phénomènes "naturels" contre lesquels il n'y a rien à faire.
A part méditer et réaliser rapidement la vacuité de tous les phénomènes.
Il est donc urgent que chacun se rende compte de la vaste fumisterie dans laquelle nous vivons, enfermés.
Ce Disney Land géant où nous alternons Space Mountain avec Jurassic Parc, la chambre des horreurs et le palais hanté.

Tout un univers étudié pour faire peur.
Et on paye pour avoir peur.
Si, par extraordinaire quelqu'un nous le fait remarquer, nous pouvons être très grossiers.
Au prix où c'est, rares sont qui vont prendre le risque du ridicule.
Ou même de se déjuger.
Il y en a qui, par peur d'affronter l'idée de leur mort, sont capables de se suicider, en emportant tout avec eux.
Le problème est, qu'avec les technologies actuelles, cela est devenu possible.
La probabilité est même loin d'être nulle.
Alors qu'il faudrait unir nos efforts pour tenter de régler les menaces écologiques qui nous pendent au nez.
Puis, chacun, cultiver son jardin.
Amoureusement.

Un jour, on réalise qu'on est tout seul.
C'est normal que l'idée fasse un peu peur au début.
Ce qui est moins normal c'est qu'on en aie une telle frousse qu'on invente des scénarios plus horribles les uns que les autres pour s'en distraire.
C'est ça les enfers éternels.
On y est, pas besoin d'aller chercher ailleurs.
Cela dit, même là un Bouddha y est allé raconter que c'était une illusion que se forgeait l'esprit éperdu de son ignorance.
Forcément, ce que "je" perçois est le total opposé de ce que "je suis".
L'univers est un miroir mais c'est du négatif qu'il montre.
Le complémentaire pour être plus exact.
Oui, encore du contrepoint !

Il faut intégrer ces deux visions et arrêter de chérir l'une et repousser l'autre.
Elles sont toutes les deux issues du même vide.
C'est la Cause et la Conséquence originelles.
On se fiche de connaître leur nature.
Il suffit de réaliser que tout ça est vide.
Un simple je(u) d'interdépendance.
Multiplié à l'infini.
Faut revenir à zéro.
Ne pas chipoter sur les moyens.
C'est important.
Il n'y a que ça qui compte finalement.
C'est à moi que ce discours s'adresse.
Om Ah Hum Vajra Mahaguru Sarvajnana Siddhi Pala Hum.
Puissé-je aider tous les êtres, dont le nombre est aussi vaste que vaste est l'espace, à atteindre les portes de l'Eveil et puissé-je atomiser ces p... de portes après le passage du dernier d'entre eux
LienRépondre

Comments:
From: (Anonymous)
2008-09-23 08:14 am (UTC)
J'aime bien cette (fausse?) légèreté dans la formule : "vivre une fin de monde putative n'est quand même pas une sinécure".

Bises

Philou
(Répondre) (Thread)