?

Log in

No account? Create an account
A quoi sert un mantra ? - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

A quoi sert un mantra ? [17e nov. 2008|06:57 pm]
RacReciR
Tiens, toujours dans la série de questions que je me suis récemment posées !
A quoi peut-il bien servir ?
Réellement. Pas le folklore de répéter un truc un boucle ou faire tourner un moulin à prières auxquelles on ne croit pas vraiment.
Juste pour faire bouddhiste.

Non, un mantra sert forcément et à tous les niveaux de pratique.
Un Mantra est intrinsèquement pur.
C'est le son du bouddha.
Le son de la Nature du Vide plus exactement.
Instancié en Mantra, plus ou moins rapidement.
Tous les activités peuvent donc être purifiée par un mantra, quelle que soit la façon de l'invoquer ou de le réciter.
L'important c'est, dans l'action, de se souvenir du sens réel du Mantra.
Qu'est-ce qu'il apprend à ce moment-là ?
Que montre-t-il ?
C'est la lampe torche qui guide vers la lumière.
Il reste quand même à éclairer le trajet qui y mène, survivre aux monstres qui hantent les labyrinthes, ne pas succomber au chant des sirènes,  etc.
Mais on a la lampe torche et, à l'occasion, si le djinn qu'elle héberge veut bien se réveiller, il est possible d'avancer à grandes enjambées.
Oui, toujours en regardant où on met les pieds.
Jusqu'à l'arrivée c'est inévitable.

Le mantra est donc utile, dans un premier temps, pour apprendre à fixer l'esprit.
Apprendre à le focaliser en un seul point.
Ramener successivement toutes les consciences à ce point.
Unir ce point à la conscience mentale.
Réciter le mantra, à ce point, permet de vérifier la vigilance.
Le Mantra est la corde de rappel.
On peut alors lâcher le mental.

Réaliser que ce point qui observe est lui-même l'observé.
La focalisation est telle qu'il n'y a qu'un point, commun à toutes les consciences.
C'est le flux dont l'agencement est noué autour du Mantra.
Les 6 consciences doivent bien entendu être focalisées sur le Mantra.
Le Mantra devient donc l'interface avec le niveau "supérieur" de conscience.
Le point où "dedans" et "dehors" se confondent.
Il devient possible alors de lâcher le niveau de conscience actuel.
Celui qui limite aux mots.
C'est tellement réducteur de la Lumière.

Il faut s'assurer que cette première étape, fixer l'esprit en un point, est réalisée avant de poursuivre.
Elle est essentielle, on ne peut pas passer à l'étape qui suit.
Le niveau de vigilance doit être le Mantra au mininum et au Maximum.
C'est donc un équilibre long à trouver pour les 6 consciences.
Il faut accepter l'entraînement.

Seules les premières phases sont réellement difficiles.
Celles où l'on se demande pourquoi et comment.
Quand ces questions sont résolues, la question du mantra et de son "utilité" peut être traitée efficacement.

C'est ensuite la phase de génération.
Celle où l'on invite sa divinité de prédilection.
Il faut souvent l'imaginer au début.
Tout le monde n'a pas le Karma d'être Visité.
Pour ceux-là, et il doivent être peu nombreux vu les mérites à accumuler, tant mieux pour eux.
On n'en parle plus.

On peut, évidemment organiser des visites.
Utiliser une session pour éclairer une session différente.
Souvent on éclaire vers l'avant.
Mais il peut être nécessaire d'éclairer vers l'arrière.
Le Mantra personnel vient certainement du passé.
C'est normal, c'est l'époque où l'idée d'utiliser le mantra comme rappel de l'éveil est née.
Il n'y a aucun problème à croire que c'est un bouddha qui l'y a implanté.
Si c'est le cas, c'est une parole éveillée.
Elle mérite d'être suivie à travers le temps.
Si c'est juste une façon de focaliser l'esprit, c'est une méthode efficace.
Tous les co-facteurs motivant la décision de focaliser l'esprit, sont bénéfiques à autrui.
Aucun point ne peut servir à nuire à quiconque, pas même à soi-même.
Un mantra c'est quelques syllabes.
Les réciter en boucle en gardant vigilance de tous les présents successifs permet de dompter l'esprit.
Le focaliser sur un point.
N'importe lequel.
Aujourd'hui c'est un texte d'ordinateur, une peinture, une fugue de Bach.
Demain un vase ou un bouddha.

Focalisé en un point pour des raisons positives puis étendre le raisonnement.
En n'y intégrant que des éléments neutres ou positifs.
De plus en plus positifs en fait.
Les soutras pour commencer.
Si on les pratique, c'est plus facile d'inviter sa Divinité.
Elle viendra peut-être plus facilement.
La motivation doit rester pure.
A tout moment.
Reconnaître des erreurs fait partie du processus.
C'est l'objet de la confession et de la purification.
Il faut juste réaliser ce que l'on confesse et ce que l'on veut purifier.
Pas simplement réciter un mantra en boucle comme un imbécile.
Je parle pour moi dans ce dernier cas, bien entendu.
Il m'a fallu beaucoup de temps pour le réaliser.

C'était trop simple comme idée.

Le seul point qui relie le présent au passé est ce point de focalisation totale. Si on garde le même point depuis le début en l'enrichissant au fur et à mesure de l'avancée alors le chemin est correct. 
Il n'y a rien à se reprocher.
Il faut reconnaître les obstacles cependant.
Réciter un mantra en boucle et tenter de s'en souvenir en toute circonstance par exemple, c'est très difficile.
C'est facile à écrire et très difficile à faire.
Je vois bien, j'ai une amie qui s'y entraîne depuis des années.
Ca donne des résultats mais elle a une volonté remarquable.
Elle peut être obstinée.
C'est le défaut de l'avantage.
Je ne vais donc peut-être transmettre que la partie qui la concerne.
Elle ne veut pas entendre que je comprends comment elle fonctionne.
Que je l'admire sans réserve mais que ce n'est pas mon chemin.
C'est le sien.
Je lui montre le mien en permanence.

C'est un espace illimité comme le ciel où mon esprit et le sien sont en tous points pareils.
C'est l'endroit où la Perfection est.
Je ne parle pas de moi bien entendu.
Je parle de Dieu.
De celui que je vois et que, souvent j'imagine.
Je ne fais de mal à personne en cela.
Je sers même les autres.
Et je ne demande rien en échange.
La machine à remonter le temps existe mais elle demande d'être focalisé sur un même point à plusieurs années ou vies d'intervalle.
Hors de l'Espace et du Temps.

C'est le dernier rappel.
Lâche l'écrit. Il faut arrêter de réfléchir à un moment.
Réciter le Mantra.
Réciter le même mantra d'une vie à l'autre est un moyen certain d'assurer une transmission pure.
On sait que ce qui passe est vrai.
On se parle à soi-même.
On fait ça tout le temps.
Il teste le réel construit par l'ego.
C'est la limite de la cage.
Au delà c'est l'inconnu.
Chacun est libre d'y aller en conscience.
Mais le chemin est là, même une lampe torche l'éclaire.
Il faut juste accepter de faire le premier pas.
Réciter le mantra en y focalisant les 6 consciences.

Si vous avez un mantra personnel, c'est forcément plus efficace.
Il faut généralement demander une transmission.
Amma le donne assez librement par exemple.
Il faut que je demande en revanche à CDR si celui que j'ai reçu en rêve peut être utilisé.
S'il m'y autorise en l'occurrence.

C'est sans doute l'erreur qu'a fait une amie.
En ne demandant pas formellement l'autorisation de pratiquer le mantra reçu d'un autre Maître.
Elle a coupé l'accès à la Lignée du Maître.
Ca se répare mais il faut le vouloir.
De part et d'autre et ça, je ne suis pas certain que l'un ou l'autre le veuille.
La première est trop fière pour cela et l'autre, le Maître, s'en fout légitimement.
Si elle veut s'en remettre à un autre, c'est son droit le plus strict.
Il n'est plus obligé de l'aider.
Il a rempli son samaya principal.
Celui d'amener un disciple à son Maître.
En ne le reconnaissant pas, elle demande explicitement à être libérée.
Tant que tu as reçu ton mantra d'un autre, quelle que soient les qualités de ce mantra et du Maître qui l'a donné, il n'est pas possible d'invoquer l'aide d'un autre maître que l'on n'a pas reconnu, volontairement, comme faisant partie de la Lignée de la Transmission.
Il l'est de fait par inter-dépendance.
Il était là, sur le Chemin.
C'est facile à reconnaître comme Premier Point.
Reconnaître ses propres mérites est donc important de part et d'autre.
On est sensé, à ce niveau, avoir écarté les plus gros obstacles.
Ceux qui nuisent à la concentration.
Ca permet de fixer un niveau de compréhension réciproque.

Il est important d'accepter, de bon coeur, son maître intérieur.
Il est même possible d'en recevoir plusieurs.
Il faut juste s'assurer qu'ils sont d'accord entre eux.
Dans le cas d'Amma c'est évident.
Elle est d'accord avec tout le monde.
Pour les Lamas qui donnent eux-même le mantra ou qui assurent les transmissions, il est normal de leur poser la question.
Si on veut suivre leur enseignement, en confiance de part et d'autre, il faut être sûr de la pureté de la motivation.
De part et d'autre.
On peut faire l'hypothèse que la Motivation (je parle du but final) d'un Lama comme CDR est irréprochable.
Ne pas le reconnaître comme Maître supplémentaire lui ferme l'accès.
Je suppose que mon amie savait ce qu'elle faisait.
En fait, elle est capable de l'avoir congédié comme un valet.
J'imagine bien la scène.
"J'ai reçu mon mantra d'Amma et j'ai l'intention de le pratiquer. Vos récitations, je ne les fais pas (je reste polie). Je veux bien la transmission d'un yoga que vous me proposez et que j'ai déjà. Je ne vous demande surtout pas si vous êtes d'accord pour que je mobilise votre temps." au lieu de "Comment pourrais-je aller plus loin grâce à ce Mantra et aux conseils que vous pourriez me donner ?" C'est la même chose mais ce n'est pas dit pareil et ça fait la différence pour un lama.
Dans un cas on le reconnaît comme Maitre et dans l'autre on le traite comme un serviteur.

Ce n'est pas correct.
Il faut savoir le reconnaître.
Le Maître précède l'Elève et c'est toujours pour son bien.
Même si celui-ci n'en est pas conscient.
C'est d'ailleurs là que la Compassion du Maître s'exprime.
Au niveau de l'inconscient.
Ne pas reconnaître ce point est une erreur d'interprétation de la Loi de Cause à Effet.
C'est le niveau zéro.
On ne peut pas aller au delà avec des mots, c'est impossible.


Ah oui, note personnelle et à l'intention de moi-même.
Ne pas se laisser éblouir par une lampe-torche.
La Clarté, c'est beaucoup plus Clair que cela.
Ca n'éblouit pas pour commencer.
LienRépondre