May 29th, 2005

Petit Prince

Eureka

oui oui oui oui Youpi ! J'ai fini le déchiffrage et l'analyse de l'allegro du concerto italien.
Je ne suis pas encore capable de le jouer en entier (j'en suis aux 2/3) mais j'ai trouvé la structure, les transpositions, les chants, les miroirs et l'ensemble des phrases de ce premier mouvement.
Je suis, pour une fois, capable de jouer les mains séparées, intégralement.
J'ai simplifié, pour cela, la méthode de ma professeur qui exige que j'apprenne les mains séparées - entièrement - avant de jouer à deux mains.
Je trouve en effet cette méthode ennuyeuse ou alors adaptée pour des enfants. En aucun cas pour un adulte.
Je connais le concerto italien depuis plus de 20 ans. Je n'ai donc nul besoin d'en apprendre la musique. Quelques jours de déchiffrage suffisent.
J'avais, en revanche, besoin de découvrir la structure et l'enchaînement des motifs puis les gestes et la dynamique pour le comprendre au point de le jouer.
C'est en cours. Il faut absolument que j'en vienne à bout d'ici 3 semaines.
Question de prouver à ma professeur que j'aurais pu le présenter à l'examen si elle m'avait écouté.

Et de deux !
Il va ensuite falloir que je m'attaque au finale : presto giocoso.
J'ai du mal à jouer presto et, plus c'est presto, moins c'est giocoso.
Un vrai challenge en perspective.
17 inventions, les gnossiennes et le concerto italien. Ca fait un programme honorable pour un concert d'amateur.

Ah oui. J'ai bien entendu rempli mon devoir civique.
Ironie du hasard, le franco-libanais que je suis était appelé à voter le même jour et dans les deux pays : référendum d'un côté, législatives de l'autre.
J'ai donc organisé un méta-référendum pour choisir in petto le vote que j'allais accomplir puis, celui-ci ayant accouché du référendum, j'ai voté oui.
Oui j'aime les systèmes réflexifs.
Le vote par correspondance étant interdit pour cause de sous-développement chronique, il fallait que je prisse l'avion pour participer aux législatives libanaises, dont le résultat est lui aussi connu d'avance mais avec moins d'incertitudes que celles d'un sondage d'opinion (les partis s'entendent pour présenter des listes, volant la parole au peuple).

C'est bien plus beau quand c'est inutile !
Le non va sans doute l'emporter. Que j'aimerais avoir tort sur ce point.
Comment voulez-vous qu'une question aussi complexe obtienne l'adhésion d'une majorité ? Il y a tant de raisons différentes de répondre non que l'imbécilité était de soumettre cette question à référendum.

Je ne veux cependant pas avoir à me reprocher de n'avoir rien fait pour que le oui passe. Cela risque de peser lourd dans les années à venir.

Encore un concert des nations joué par des amateurs. Je me demande cependant ce qu'ils ont appris pendant ces années de répétition ? Ils ont quand même eu 48 ans pour s'y préparer !
Manifestement pas grand chose.
Et ils vont feindre de s'étonner de recevoir des tomates !
  • Current Music
    Bach - Concerto Italien, Allegro
Petit Prince

Alea jacta est



RICERCAR
R is for Radiant
I is for Important
C is for Courageous
E is for Extraordinary
R is for Relaxed
C is for Charming
A is for Alert
R is for Revolutionary



C'est parti !
C'est non.
Il s'impose donc à moi. C'est ça la démocratie.
Pour une fois, mon imagination est prise en défaut.
Je ne vois plus de solution pacifique au problème.
En répondant non, 60 millions d'européens, les français, ont non seulement dit non à la constitution qu'on leur proposait.
Ils ont surtout dit non à la partie 3 qui leur était soumise :  les traités actuels. Qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de ratifier.
C'est donc fait.
Ceci crée donc un hiatus majeur entre la population et sa représentation... qui n'a nulle intention de précipiter les échéances et se remettre en cause.

On ne joue pas impunément à réveiller un dragon qui a 60 millions de voix.
C'est parti pour des moments agités et stimulants. Un retour de flamme est donc à prévoir ainsi que l'extension du phénomène hors des frontières.
Il faudrait que j'apprenne un quodlibet.
J'arrive à peine à entendre 6 voix qui chantent un contrepoint.
Alors 60 millions ?
  • Current Music
    Beethoven - Ode à la joie