?

Log in

No account? Create an account
le 21 mars 2008 - Quaerendo Invenietis — LiveJournal [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

21e mars 2008

JSB [21e mar. 2008|12:38 pm]
RacReciR
[Ecoute |Bach - RiceRcaR à 3]

JSB, 323 ans plus tard
LienModuler

Das Rheingold [21e mar. 2008|02:31 pm]
RacReciR
[Ecoute |Wagner - Das Rheingold - Furtwangler alla Scala di Milano, 1950, live]

WalhallaL'Or du Rhin, prologue à ces trois jours extraordinaires, débute par une ouverture chaotique qui, au fil des mesures, s'ordonnance et finit par donner jour à la musique de laquelle surgissent les trois nymphes dépositaires de l'Or.
Un seul acte qui condense les trois journées qui vont venir.
Le chaos qui entame, annonce celui qui va conclure dans trois jours, fermant le cercle.

Avant même le lever du rideau, tous les germes de la destruction des dieux sont là.
Les causes vont s'enchaîner, inexorables et les fruits entraîner la mort et la disparition des dieux et du monde qu'ils ont construit.
Les trois nymphes, rendant hommage au Soleil qui se reflète dans l'Or, en dévoilent le secret au nain blanc Alberich qui, lubrique, tente de les séduire.
Elles le ridiculisent tour à tour tout en révélant leur secret : "Seul celui qui rejette l'Amour peut mettre la main sur l'Or".
Fou de rage, Alberich fait le serment de répudier l'amour pour l'éternité et s'empare de l'Or.

De l'autre côté, celui des dieux, le drame est déjà noué.
Wotan est l'Odin de la mythologie Celtique.
C'est lui qui, pour s'abreuver à la source de la Connaissance, a cédé un oeil en échange.
Il en a profité pour rompre une branche du Frêne du Monde qu'il a couverte de runes et transformée en Lance indestructible.

Aveuglé par sa confiance en Loge, le dieu du feu, qui lui a promis une échappatoire le moment venu, Wotan a passé commande d'un château somptueux aux deux géants Fasolt et Fafner.
Il leur a  promis en échange la déesse de jouvence, Freia, qui garde et soigne les vergers sacrés (le jardin des Hespérides).
Or, le château est construit et les géants viennent réclamer leur dû.
Fricka, épouse de Wotan et soeur de Freia, apprend alors à quel prix s'est construit le château et obtient que son dieu de mari négocie.
Wotan refuse donc de donner Freia et tergiverse jusqu'à l'arrivée de Loge qui porte la nouvelle du vol de l'Or.
Alberich a fondu l'or dans un Anneau de pouvoir (le même que celui que Tolkien) qui ne le quitte plus.
Il se sert de ce pouvoir pour asservir les habitants des terres du dessous (des nains) et collecter tout l'or souterrain.
Loge mis au courant par les nymphes leur a promis l'aide de Wotan et arrive pendant la négociation avec les géants où il est pris à partie par les dieux qui exigent qu'il trouve une solution au problème du paiement.
Entendant Loge raconter qu'Alberich - qu'ils détestent - amasse tout l'or souterrain, les géants acceptent de troquer la jeunesse éternelle (Freia) contre l'or et, donnant la journée à Wotan, prennent la déesse en otage.
Aussitôt Freia partie avec les géants, les autres dieux commencent à défaillir et Wotan n'a pas d'autre solution que de suivre Loge et d'aller dans les terres du dessous pour tenter de récupérer l'Anneau.

La scène du dessous montre Mime, le forgeron, qui finit de construire le Heaume magique, le Tarnhelm, qui confère à son porteur le pouvoir d'invisibilité et de métamorphose (un Corps Illusoire).
Avant que Mime ait eu le temps de l'essayer, Alberich le lui prend et,  rendu invisible, le roue de coups pour avoir pensé le voler.
Arrivent Wotan et Loge qui, flattent Alberich et se font montrer le pouvoir du Heaume.
Alberich se rend tour à tour invisible, se transforme en un dragon puis en crapaud sur lequel se jette Wotan qui le capture et le ramène à la surface.
Sous la contrainte Alberich livre tout l'or souterrain amassé à Wotan qui, pour le libérer lui réclame l'Anneau.
Alberich refuse, rappelant le prix qu'il en a payé (ne plus jamais connaître l'Amour).
Wotan finit par s'emparer de l'Anneau en tranchant le doigt d'Alberich avec sa Lance.
Mettant l'Anneau à son doigt, il consomme la perte de dieux.
Alberich quitte la scène en lançant sa malédiction : "Que soit trahi et meure quiconque porte l'Anneau".

Les géants reviennent sur ces faits et exigent une quantité d'or suffisante pour cacher Freia à leurs yeux.
Tout l'or volé à Alberich y passe. Reste un trou par lequel Fasolt voit le regard de Freia qui le rend fou.
Voyant la bague au doigt de Wotan, les géants l'exigent pour combler le trou.
Wotan refuse tout net.
Ce refus provoque l'éveil d'Erda, déesse de la Terre qui rêve le monde depuis le commencement des temps.
Elle enjoint Wotan de donner l'Anneau aux géants lui annonçant avoir rêvé la fin des dieux que son entêtement ne fera que précipiter.
Saisi de crainte, Wotan donne l'anneau à Fasolt à regrets.
Dans le partage de l'or qui suit, Fafner réclame l'Anneau à Fasolt et devant son refus, il tue son frère et s'empare de l'Anneau.
La malédiction d'Alberich est ainsi montrée aux yeux de Wotan.
Fafner, dernier des géants prend tout l'or et quitte la scène laissant les dieux investir leur château, le Walhalla.
Le dieu du vent Froh et son frère Donner, dieu du tonnerre, soufflent une tempête qui laisse apparaître un arc-en-ciel qu'empruntent les dieux, main dans la main à la suite de Wotan, pour se rendre au Walhalla sous les quolibets des nymphes qui savent que c'est leur Or qui en a été le prix.

Loge, exclu de cette ronde par les autres dieux qui rejettent sur lui les errements de la journée, prédit qu'il reviendra consumer le château et ses occupants.

Fin du prologue.
LienModuler

Die Walküre [21e mar. 2008|05:38 pm]
RacReciR
[Ecoute |Wagner - Die Walküre - Furtwangler alla Scala di Milano, 1950, live]

Plume d'angeLa première des trois journée est donc celle de la Walkyrie.
Trois actes.

Le premier acte met en scène Siegmund qui se réfugie chez Sieglinde, poursuivi par des ennemis.
Assoiffé et blessé, il est soigné par le jeune fille qui n'est pas insensible à ses charmes.
Arrive le mari, Hunding qui, découvrant le blessé,  lui accorde le refuge de son domicile.
Puis, s'enquérant des causes des blessures, il finit par apprendre que Siegmund est la personne qu'il était parti combattre et qu'il retrouve blessé chez lui.
Ne pouvant renier l'hospitalité et le refuge accordés, Hunding laisse Siegmund dormir dans sa cour pour la nuit, lui promettant de le reprendre en chasse le lendemain matin.

La nuit est longue et l'on y découvrira que Siegmund et Sieglinde sont jumeaux, fils du vagabondage de Wotan qui, déguisé sous le nom de Welse, crée les humains dont il ne réalise pas le potentiel.
Le drame qui a séparé les jumeaux s'est déroulé dans leur enfance.
Profitant de l'absence des mâles partis à la chasse, Hunding a tué la mère et ravi Sieglinde qu'il a forcé à l'épouser.
C'est pendant la fête des noces qu'un voyageur inconnu (Wotan/Welse) provoque l'assemblée des convives et plante une épée, Nothung, dans le tronc de l'arbre qui se trouve dans la cour, annonçant que seul un victorieux pourrait s'en saisir.
Sieglinde qui est donc redescendue de sa chambre en catimini pour raconter son histoire à Siegmund, lui montre l'épée qu'il sait lui être destinée et dont il se saisit sans peine.
Il est donc désormais armé pour se défendre contre Hunding.
Siegmund conquiert Sieglinde en même temps que l'épée.
Le frère et la soeur, miroir reconstitué, s'étreignent avant de s'enfuir ensemble.

Le second acte commence par une scène de ménage homérique.
Fricka, garante de la moralité du mariage, débarque dans son char tiré par des boucs et exige que son mari répare l'outrage qui lui est fait.
Siegmund et Sieglinde ont consommé leur amour bien que frère et soeur. Elle a promis à Hunding de le venger.
Après une dispute pied à pied où elle reproche à Wotan tous ses vagabondages extra-conjugaux et leurs conséquences (l'émergence des humains), elle finit par obtenir gain de cause.
Wotan promet, la mort dans l'âme, d'envoyer sa Walkyrie préférée, Brünnhilde, régler le combat et ramener Siegmund (mort) au Walhalla.
Il consent ainsi à annuler ainsi le pouvoir de l'épée.

Brünnhilde arrive au moment où Fricka s'en va, triomphante.
Dans un long monologue, Wotan confie à Brünnhilde qu'elle est la fille d'Erda qu'il a séduite pour tenter d'en apprendre plus sur la fin qu'elle lui a annoncé avoir rêvée.
Il a aussi appris la réalisation d'une autre prévision d'Erda. Alberich s'est uni à une femme par colère et lui a donné un fils (qui ne connaîtra donc jamais l'amour).
Il est néanmoins contraint de reconnaître le bien-fondé des arguments de son épouse et donne l'ordre à Brünnhilde de faire pencher la balance de la victoire en faveur de Hunding.
La Walkyrie finit par consentir à obéir après une discussion où elle s'attire l'ire paternelle.

Elle se rend donc auprès de Siegmund auquel elle annonce sa mort prochaine et lui promet le paradis en échange (le Walhalla).
Apprenant qu'il ne pourra pas y retrouver Sieglinde, Siegmund refuse de la suivre et menace de se suicider.
Brünnhilde cède devant la force de l'amour des jumeaux et, changeant d'avis, prend l'engagement de contrevenir aux ordres de Wotan.
Lequel Wotan, connaissant sa fille, l'avait suivie et constatant qu'elle s'apprête à lui désobéir s'engage dans la bataille et tue son propre fils Siegmund, brisant l'épée en deux.

Brunnhilde dans sa chevauchée rendue si célèbre s'enfuit avec Sieglinde après avoir ramassé les morceaux de l'épée.
Poursuivie par son père fou de rage, elle arrive au rocher où les douze walkyries se donnent régulièrement rendez-vous (une sorte de relais de chasse) avant de rentrer au Walhalla.
Après avoir imploré l'aide de ses soeurs qui refusent, elle demande à Sieglinde qui porte le fruit de son amour avec Siegmund, de s'enfuir avec les morceaux de l'épée pendant qu'elle retient Wotan.
Elle annonce à Sieglinde un fils à naître, qu'elle prénomme Siegfried (Sieg/Guerre, Fried/Libre), vengera la mémoire de son père.

Les walkyries cachent Brünnhilde dans la masse le temps que la colère de Wotan diminue d'un cran puis, devant les injonctions de son père, celle-ci se montre et attend son châtiment.
Elle est bannie et ne croisera plus jamais le regard de son père.
Elle devient une simple mortelle, soumise au plaisir des hommes.

Brünnhilde arrive cependant à amadouer Wotan et tempère quelque peu ce châtiment.
Elle demande a être plongée dans un sommeil et obtient la protection d'une muraille de flammes dont ne pourront la sortir qu'un homme ne connaissant pas la peur.
Wotan y consent et convoque Loge, le dieu du feu, qu'il somme de protéger la virginité de sa fille qu'il embrasse une dernière fois la plongeant dans le sommeil qui lui retire tous ses attributs divins.

Fin du premier jour.
Lien1 bémol Moduler

navigation
[ viewing | 21e mars 2008 ]
[ go | Journée précédente|Journée suivante ]