?

Log in

No account? Create an account
le 10 septembre 2008 - Quaerendo Invenietis — LiveJournal [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

10e septembre 2008

Désolé, la fin du monde est reportée à demain [10e sep. 2008|11:18 am]
RacReciR
[Humeur |bitchybitchy]

centripete

Vous avez failli ne jamais être en mesure de lire ce billet.
Le singe qui est de l'autre côté du clavier pense que c'eût été un grand dommage.
Non pas qu'il ait quoi que ce soit d'intéressant à écrire.
Nous avons bêtement raté un rendez-vous possible avec la fin du monde.
Rassurez-vous, ce n'est que partie remise, les plus grands cerveaux y travaillent d'arrache-pied !

Ne riez pas, la probabilité que la fin du monde eût eu lieu ce matin, à l'heure d'ouverture des bureaux, n'était pas nulle.
Elle ne l'est pas en permanence puisque nous ne sommes jamais à l'abri d'un cataclysme naturel, tremblement de terre gigantesque, tsunami, éruption volcanique majeure et autres soubresauts naturels et moins naturels depuis que l'homme s'est mis de la partie.
Rajoutez en effet à cela les risques de catastrophe nucléaire civile et celui, réel, qu'un imbécile - et ils sont nombreux aux commandes - appuie malencontreusement sur un bouton rouge, déclenchant une cascade atomique et vous voyez que nous sommes servis.

Pourquoi aujourd'hui alors ?
Parce que les ingénieurs du CERN à Genève ont mis en route leur nouvel anneau à collision de particules, le LHC à 9h30.
Et que celui-ci, dans sa recherche du Boson de Higgs, est susceptible de créer des minis trous noirs pour les besoins de l'étude.

Le problème est qu'un trou noir n'est pas un objet anodin.
C'est un aspirateur d'espace-temps.
Nos Cosinus prétendent donc que les  minis trous noirs qu'ils pourront créer n'auront une durée de vie que de quelques micros ou nanos seconde et un rayon de quelques microns.
Pas de danger donc.

Il n' y a ainsi eu que quelques aigris qui ont, en vain, tenté de rameuter l'opinion publique et faire arrêter la marche triomphante de la Science.
Les autorités ont même sorti un ingénieur de CEA qui, tout hilare, est venu hier rassurer le bon peuple à la télé.
Si ce n'est celui qui avait déjà sévi à l'époque où le nuage de Tchernobyl contournait la France, cartes à l'appui, c'est donc son frère.

Il n'en demeure pas moins qu'il suffirait qu'il y ait une toute petite erreur de calcul (ou une cascade d'erreurs) pour que le trou noir se crée, diverge par rapport aux simulations et avale le système solaire, en commençant par Genève !
Plus personne pour dire "oups ! je me suis trompé, le referai plus promis !".

La probabilité qu'un trou noir nous avale est sans doute ridiculement faible mais je n'arrive pas à concevoir qu'un scientifique réalise une expérience qui comporte une probabilité de destruction de la planète, quel que soit le nombre de zéros après la virgule de probabilités.

Ce qui m'ennuie dans cette histoire, ce n'est pas tant que le système solaire vienne à disparaître.
Après tout, il disparaîtra bien tout seul et nous ne faisons que pédaler plus vite pour faire tourner la roue !
Le problème est surtout dur pour mon ego puisque, si j'ai raison, je ne pourrai pas aller briller dans les salons parisiens à coup de "je vous l'avais bien dit".
Et ça c'est un rude coup que de savoir qu'on ne saura jamais qu'on a eu raison (personne n'aura jamais raison pour cause d'absence de sujet et d'objet) et que le mieux que l'on puisse jamais prétendre comprendre est que l'on se trompe en permanence.

Si j'avais su, j'aurais pris un crédit immobilier beaucoup plus long !
Lien5 bémols Moduler

navigation
[ viewing | 10e septembre 2008 ]
[ go | Journée précédente|Journée suivante ]