?

Log in

No account? Create an account
Un examen par procuration. - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Un examen par procuration. [25e mai. 2005|02:00 am]
RacReciR
[Humeur |stressedstressed]
[Ecoute |Bach - CBT2 - Prélude en ré mineur !!]

Je passe mon examen de piano demain ce soir.
C'est le prélude en ré mineur du 2ième livre du Clavier Bien Tempéré.
Je pense que tu l'as déjà écouté il y a deux ans.
L'examen se passe  en public.
J'ai encore un peu peur du public.
Surtout si je sais qu'il est là pour me juger ce qui est quand même la finalité d'un examen.

J'ai à peu près appris à jouer devant un auditoire et à dompter la peur de me rendre vulnérable en transmettant mes émotions. On ne triche pas avec la musique.
Je me focalise alors sur le son que je produis et non sur les notes ou sur les doigts qui courent. J'ai, ainsi, parfois, porté par le public, une interprétation plus hardie qui intègre les harmonies que je ressens de l'auditoire et de son attention.

Il faut juste que j'arrive à faire le vide pendant près de 3 minutes.

Pour l'introverti-empathe que je suis, c'est un exercice redoutable dont je me suis déjà expliqué mais dont je sais me servir si je perçois des vibrations amicales.

Je subis donc l'examen pour faire plaisir à ma professeur qui, elle, accepte d'être jugée sur le résultat de ses élèves ;-)
Je ne supporte pas, quant à moi, d'être jugé, et encore moins sur une seule épreuve. 
C'est un système extrèmement injuste qui favorise une compétition aléatoire.

Je ne suis en compétition avec personne et encore moins quand je fais de la musique !
J'apprends et j'explique ce que j'apprends. Et j'aime ça.
Un point c'est tout.
Et, parfois, quand je m'emporte, il y a des fausses notes. Et alors ?

Plume(O.), traumatisé par une des ces épreuves (mon premier examen il y a 6 ans), est encore plus anxieux que moi et a refusé catégoriquement de venir m'écouter.

Je connais parfaitement ce prélude et suis même bien avancé dans l'étude du morceau d'examen du niveau supérieur : le premier mouvement du concerto italien.
C'est le manque de confiance de ma professeur qui a exigé le prélude alors que je savais être capable d'apprendre à jouer l'Allegro. Du coup, il m'a fallu un mois pour mettre en place le prélude (oui, je devrais être plus rapide) etje n'ai pas eu le temps d'être prêt, dans le mois qui restait, pour le concerto italien tout en peaufinant l'interprétation du prélude.
La seule élève qui préparait le concerto italien n'était pas prête vendredi dernier, en dépit des deux mois de travail.

Je devrais jouer vers 20h à mon avis. Je serai l'avant-dernier.
C'est l'inconvénient d'être dans les niveaux supérieurs. Vous passez le plus tard et après que le public - alors clairsemé -  et le jury - bien obligé de rester jusqu'au bout -  a entendu tous les grands débutants et commence à avoir les oreilles fatiguées.

J'ai pris l'habitude de jouer bas et près du clavier et il ne me sera pas possible d'adopter ma position favorite tout à l'heure. La position la plus basse du tabouret est encore 10 cm plus haute que ma position de prédilection...
et il serait mal vu que je me distinguasse
en remplaçant ce tabouret par une chaise basse (rime riche).

J'ai beau savoir qu'il n'y a aucun enjeu personnel à l'exercice, des résidus d'amour-propre sont attachés à la musique. Il faut que je prenne plaisir à jouer, si je veux profiter de l'expérience.

Jusqu'ici, jouer en public a été mitigé : je stresse quand c'est un examen et me laisse aller quand c'est une audition.

Il faut juste que j'arrive à considérer que l'examen est une audition qui ne m'engage qu'à faire entendre en quoi ce prélude est gai, harmonieux et exprimant un romantisme, certes protestant et contenu, mais bien réel.

Bach était un romantique introverti. Sa musique jubile en contrepoint.

Bonne nuit.
LienRépondre