?

Log in

No account? Create an account
Etiquette - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Etiquette [28e juil. 2005|11:16 am]
RacReciR
Non au vouvoiement.
C'est le malheur de la langue française et, sans doute, une réminiscence de la royauté que d'avoir gardé le vouvoiement.
Il me semble que le révolution Française l'avait d'ailleurs aboli.
Comment voulez respecter la devise de la république "Liberté Egalité Fraternité" si vous n'êtes pas libres de tutoyer votre voisin, votre patron, le policier qui vous interpelle, le juge ?
Dire vous à quelqu'un c'est introduire de facto une distance avec lui et, généralement, une altitude aussi.
C'est souvent le placer plus haut que soi. Parfois plus bas. Jamais au même niveau.
Et ça, c'est le début de la dérive.
On ne vouvoie pas quelqu'un qui est son égal.
On ne vouvoie pas un frère, une soeur ou un conjoint (sauf le couple Chirac, mais ça va dans le sens de mon propos).
Vouvoyer structure intellectuellement la langue et ceux qui pensent dans cette langue.
Vouvoyer crée une dichotomie dans notre pensée où nous nous interdisons même de penser tutoyer des gens que jugeons "importants" de par leurs fonctions, leur fortune, leur réputation, que sais-je.
Ne trouvez-vous pas paradoxal que la plupart des langues qui nous entourent aient abandonné le double adressage au profit du tutoiement ou du vouvoiement exclusivement ?

"Liberté Egalité Fraternité" restera un joli slogan gravé en creux au frontispice de nos monuments publics  tant qu'il ne sera pas intégré dans la pensée des citoyens.
C'est une condition nécessaire et loin d'être suffisante pour que nous puissions rêver un jour réaliser ce slogan.
Just do it !
Non au vouvoiement.
LienRépondre