?

Log in

No account? Create an account
da capo - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

da capo [3e nov. 2005|04:50 pm]
RacReciR
[Humeur |exhaustedexhausted]
[Ecoute |Bach - Ricercar à 3]

Ca y est.
Je viens d'inscrire au bas de la neuvième et dernière page de la partition du ricercar à 3 : 31/10/05, première.
Cette date fait pendant à la date marquée à la première page : 26/6/05, begin.
Vous savez, c'est ma manie de tout compter.
C'est ainsi que j'indique sur mes partitions le temps qu'il me faut pour en venir à bout. Une première fois.
Il m'arrive aussi d'indiquer des temps intermédiaires. Ainsi, page 6 : 25/8/05.
Plus de deux mois pour franchir le pont et commencer à entrevoir l'autre rive.
Non pas que j'aie fini cette fugue. J'ai simplement atteint des trois voix, mains ensembles, la double barre qui indique la fin.
J'ai à peu près indiqué les doigtés et, surtout, ai bien noté l'enchevêtrement final des trois voix à l'avant-dernière exposition du thème où l'alto chante, à la dominante, accompagnée pour son départ par les deux autres qui s'en approchent d'une tierce et qui, en quelques mesures, le temps de finir le thème, élargissent le son à deux puis trois puis quatre octaves.
La basse pressée et envieuse de l'alto qui chante, allant même, le temps de 4 mesures, s'intercaler entre elle et la soprane.
La dernière note du thème, un Sol, résonne à l'unisson avec le Sol grave et le Sol aigu qui marquent l'amplitude du chant global (mes. 161).
Un vrai bouquet final !
Mais, surtout, je suis allé du bout des doigts au terme de ces 185 mesures, ahannant péniblement la dernière page pour, enfin, entamer la résolution finale et plaquer, rêveur, les derniers accords qui closent le ricercar, en Do Majeur.
Y a qu'à maintenant.
Il ne me reste plus, en effet, qu'à apprendre ces trois derniers chants et, surtout, maîtriser les 8 à 9 minutes que requiert l'exécution de cette fugue.
Il peut sembler, vu de l'extérieur, que le temps d'apprentissage, pas loin de six mois en l'occurrence, est un tantinet longuet.
6 mois de travail pour 8 à 9 minutes de jeu. Vous conviendrez que le rendement de la machine n'est pas particulièrement élevé.
Jouer les inventions en alternance, lentement, en laissant chacune des voix prendre le dessus. Ou, en fonction de mon humeur, dévaler tout schuss, faisant crisser les doigts à tous les tournants.
Bach apprend tout le temps.
Répéter à l'infini ces morceaux est en permanence une source de progrès. Tant en technique qu'en musicalité.
J'ai voulu jouer le ricercar à 3, sirène éponyme.
Le niveau technique qu'il exige est au delà de mes capacités actuelles.
Je l'entends parfaitement dans les passages techniquement difficiles où je perds le toucher.
C'est, néanmoins, une fugue que je voudrai revisiter toute ma vie durant.
Cela fait plus de 20 ans que je l'écoute !
Ces six mois ne sont donc qu'une préfiguration des exercices techniques qu'il va me falloir développer pour en maîtriser les passages délicats.
Entendre les 10 thèmes.
Il serait possible de compenser la technique en mettant la pédale. A tester, pour le plaisir. La fugue s'y prête magnifiquement.
Ma professeur va sans doute se plaindre que je n'aie pas suffisamment travaillé les morceaux en forme de poire.
Je sais cependant désormais disposer d'un mètre-étalon de ma technique pianistique.
Impitoyable.
C'est à ce prix que je sortirai du labyrinthe.
LienRépondre

Comments:
[User Picture]From: theonlyj
2005-11-03 07:41 pm (UTC)
Dieu...est-ce que tu as un petit ami? Je t'aime...Es-tu gaies?
(Répondre) (Thread)
[User Picture]From: ricercar07
2005-11-04 08:43 am (UTC)
oui depuis 22 ans, oui, oui ;-)
(Répondre) (Thread)