?

Log in

No account? Create an account
Table d'harmonie - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Table d'harmonie [3e déc. 2005|12:13 am]
RacReciR
Mon piano a été harmonisé ce matin.
Le technicien, un japonais ayant fait ses classes chez Yamaha, y a passé la matinée.
9h - 14 h.
Je n'aurais pas cru possible d'arriver à cette finesse de sonorité.
Yuta, c'est le prénom du jeune homme, a commencé par accorder une première fois l'instrument.
J'ai vu le moment exact où  j'ai gagné son respect quand, me demandant pourquoi Satie et Bach, je lui répondis que c'était la même chose.
Amusant combien un oriental comprend ça tout de suite.
Il m'a donc demandé de jouer et d'écouter le piano afin qu'il puisse le régler.
Il l'a ensuite démonté,  poli et équilibré les marteaux puis, note à note, m'a demandé de préciser la sonorité que je souhaitais.

Les pianos Yamaha sont de très belles mécaniques et un C3 développe un large spectre d'harmoniques.
Jusqu'ici le piano était enfermé.
Les aigus manquaient de brillant.
Les médiums étaient quant à eux un tantinet étouffés.
Les basses manquaient de générosité.
La juxtaposition de ces petits éléments qui rendaient un son imprécis et créait des interférences intempestives.
Le piano n'était pas homogène et la résonance de la table ne se faisait presque pas.
Ce petit défaut est rapidement perceptible avec deux ou trois voix qui chantent un contrepoint.

Les interférences dues aux différents timbres ne permettaient donc pas de faire résonner les cordes harmoniquement.
Le décalage de phase pouvait ainsi devenir gênant et interférer avec le train suivant.
Le son résultant était légèrement voilé.

Un vernis spécial, injecté dans les marteaux, sert à les durcir en fonction du timbre souhaité. Le ponçage et un réaccord achèvent le travail.
Touche par touche.
Il y en a 89.
Yuta a vérifié avec le même geste l'ensemble du clavier.
J'ai pu confirmer en l'admirant accorder et harmoniser que l'unisson parfaite n'est pas évidente à produire.
Même quand il s'agit de deux cordes ou, plus difficile, trois cordes qu'il suffit pourtant  de tendre avec une clef pour qu'elles soient à la bonne fréquence.
Souvent on  ne se donne pas la peine d'être aussi précis.
Au Hertz près.
Cet accord est en effet éphémère.
Un mandala harmonique.
Au bout de quelques jours, au mieux quelques semaines, les cordes auront un peu bougé et l'unisson sera perdue.
Il faudrait donc que je réaccorde les instruments une fois par trimestre pour garder un son homogène et précis.
A 200 € la séance (il en profité pour accorder le piano d'étude), je répugne à cette dépense.
Je redoute aussi la sempiternelle épreuve de la nouvelle tête, qui vérifie systématiquement que mon oreille distingue réellement l'écart de fréquence que je persiste à lui signaler.
Les choses vont beaucoup mieux une fois le test réussi.

Quand il a eu terminé, il me demanda de jouer.
Ce que je fis.
Le ricercar à 3.
Nous entendîmes la table d'harmonie chanter.
Mesure 31, forcément.
Un choeur d'airain.
Il me regarda : "Voilà, il a maintenant le bon son."
Et il a incliné le buste.
J'étais très ému.
LienRépondre