?

Log in

No account? Create an account
Fugue pour 2 claviers : Noël ! - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Fugue pour 2 claviers : Noël ! [25e déc. 2005|05:37 pm]
RacReciR
[Ecoute |Bach - ricercar à 3]

Plume(O.), recevant sa mère pour les fêtes, a consacré sa journée à lui montrer les lumières de la ville.
M'étant fort opportunément débarrassé de la mienne, après un réveillon qui méritera d'être conté en son temps, je me suis installé aux claviers.
Je me suis donc offert un magnifique cadeau de Noël.
Une journée seul au piano.

Les inventions et le ricercar.
J'en ai repris 3 fois.
Un régal.
Seul dans la maison, le ronronnement du train venant me tenir compagnie, Hercule(E.) roulé en boule sur son coussin à mes côtés, j'ai laissé libre cours à la musique.
Certain de ne pas être dérangé.

A donf.

Jouer Bach en laissant chanter, parfois à tue-tête, la musique, est une réelle jouissance.
L'adrénaline après avoir dévalé une invention à plein régime et fait crisser le bois et l'ivoire du piano au cours des trilles...

Le couvercle déployé et le pupitre ôté, la table d'harmonie, le cadre résonnent amplement et les vibrations se reflètent dans toute la pièce.
Le son est d'une profondeur que je n'avais pas encore entendue.

Je suis incapable de me jouer ainsi d'un quelconque public (virtuel ou réel) mais j'avoue, égoïstement, éprouver un plaisir solitaire prodigieux et sans l'ombre d'un début de mauvaise conscience.

Les milliers d'heures de travail permettent ainsi aux automatismes de s'exprimer librement et jaillit la musique.

J'allais sous le ciel, muse, et j'étais ton féal...

La nuit de décembre rapidement tombée m'a ainsi retrouvé jouant dans le noir.
J'ai ainsi réalisé, n'ayant pas besoin de lire les partitions, que mon jeu en était plus soyeux.
Même dans une relative pénombre, les touches blanches et noires du piano demeurent bien perceptibles.
Les lumières du sapin décoré ainsi que le rayonnement de l'ordinateur qui m'accompagne suffisent à cela.

Noël !
LienRépondre