?

Log in

No account? Create an account
objectif structurant - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

objectif structurant [28e déc. 2005|12:47 pm]
RacReciR
Il a fallu que Plume(O.) et moi ayons des mots pour que je me rende compte du problème.
Nous passons nos journées à discuter et deviser de choses et d'autres.
L'intérêt ou le niveau de ces conversations s'étalant sur la large spectre de la gestion du quotidien à des considérations méta-physiques, en passant par quelques débats scientifiques.
Rien d'extraordinaire à cela. Je suppose que tel est le lot de tous les vieux couples.

Depuis quelques semaines, cependant, je suis irascible.
Encore plus qu'à l'accoutumée.
Il a donc fallu que Plume(O.) me fît comprendre que je frisais l'insupportable pour que je prisse conscience de mon malaise.

Le diagnostic est simple : dépression.

J'ai, en effet, réalisé l'objectif principal que je me suis assigné depuis plus de 20 ans.
Jouer une des fugues de l'Offrande Musicale de Bach.

J'ai donc inscrit le Ricercar à 3 à mon maigre répertoire depuis quelques semaines et, bien que loin d'en maîtriser l'interprétation, sait que l'objectif principal que je m'étais fixé est réalisé.

Ajoutez à cela que le méditerranéen que je suis exècre le temps et les festivités artificielles, imposées, qui marquent la fin de l'année civile. Je conchie cette société de consommation qui, chaque année, m'impose d'offrir des cadeaux dans des circonstances que je subis.

C'est donc le cumul du spleen engendré par la grisaille ambiante et la réalisation du plus ambitieux projet de mon existence qui me bouleverse.

J'avais, en son temps, essuyé une tempête à l'issue de ma thèse quand, l'ayant soutenue après des mois de réflexion et de travail acharné, je me suis retrouvé quasi-désœuvré du jour au lendemain.
Il m'avait fallu quelques semaines avant de me stabiliser.
J'avais, par ailleurs, conscience du phénomène dépressionnaire que m'avait décrit Plume(O.) comme une crise post-natale (phénomènes hormonaux différents cependant).

J'avais donc prévu la crise actuelle dont j'ai manifestement sous-estimé l'ampleur.
Le Ricercar à 3 répond au plus grand challenge que je me sois jamais lancé.
Mes douze travaux personnels.

Normalement, l'aventure accomplie, le héros meurt d'épuisement ou, profitant de sa fatigue, sous le glaive ou le poison d'un traitre. Dans un conte de fées, plus prosaïquement, le héros se marie et fonde une grande dynastie.
Les premières solutions ne m'agréant que modérément pour des raisons très égoïstes et la dernière m'étant interdite en ce beau pays des libertés individuelles, je me trouve donc dans l'incapacité - provisoire, je l'espère - de trouver les forces pour animer un nouveau moteur à ma quête apparente.
Le Ricercar à 6 qui fait pendant au Ricercar à 3 est, en effet, hors de ma portée pour quelques années encore.

Je pense donc, raisonnablement, pouvoir reprendre mon bâton de pèlerin et aller de l’avant.
LienRépondre