?

Log in

No account? Create an account
Remplacer Je par Mme. X.   Cf pub de CISCO sur les… - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

[18e jan. 2006|12:28 am]
RacReciR

Remplacer Je par Mme. X.

 

Cf pub de CISCO sur les déplacements (plus de voitures mais des réseaux haut débit sécurisés)

Que fait-on concernant le vieillissement de la population ?

 

 

7h30 le réveil-matin allume la radio ip et je m’éveille au son de la radio numérique.

8h00 le petit déjeuner avalé, je jette un coup d’œil à mon couriel en finissant de nouer la cravate. Il va falloir que je réponde aux messages personnels (famille à l’étranger, amis, etc.)

J’ai une réunion ce matin qui nécessite que je me rende sur mon lieu de travail.

Cela m’arrive quelques fois dans la semaine.

8h30 le lapin wi-fi remue les oreilles et m’informe que je dois quitter mon domicile dans moins de 5 minutes si je ne veux pas rater mon RER, celui où il reste des places assises. Il ajoute que la température extérieure est de 3°C, qu’il pleut et que la neige est prévue. L’air est de bonne qualité. Le baril de pétrole a encore augmenté d’un dollar cette nuit. Heureusement que la RATP intègre les instructions gouvernementales et s’apprête à lancer un grand projet de modernisation de ses bus.

8h45 Je suis dans le RER. Mon ordinateur portable sur les genoux je traite mon courriel (personnel et professionnel : j’ai un accès sécurisé vers l’intranet de mon entreprise) et, quand j’ai le temps, accède aux dernières informations sur les différents sujets qui m’intéressent : informations, nouvelles technologies, sciences, divertissements, etc.

Je suis, par ailleurs, tenu informé en permanence du déroulement de mon trajet (la connectivité IP est assurée tout au long du trajet).

La RATP a en effet développé une interface qui permet au voyageur de disposer d’une information de transport complète. Le train dans lequel je suis est signalé par un pictogramme et le défilement des stations ainsi que les trains précédents et suivants sont matérialisés. Le nombre de passagers transportés ainsi que les places disponibles sont indiqués.
D'autres informations sont aussi disponibles telle la présence d'amis qui se seraient signalés, la présence de personnel dédié à l'aide aux PMR et seniors, des agents en tenue, etc.

Cela permet d’attendre éventuellement un prochain train si l’on n’est pas pressé ou que sa condition physique (PMR ou senior) rend une place assise préférable.

Les annonces du conducteur sont aussi transmises sur l’interface graphique, ce qui permet aux PMR équipés de recevoir les informations sous forme non vocale. Le son est bien entendu relayé pour les personnes valides qui souhaitent disposer de cette fonction (un relais radio est accessible aux voyageurs qui le souhaitent).

Je profite de quelques minutes de libre pour réserver une table au restaurant ce soir : non fumeur, deux personnes, 21 heures. Même table que d’habitude.

Mon meilleur ami est directeur des systèmes d’information d’une grande collectivité.

Il me raconte ainsi parfois ses aventures. Nommé récemment à la tête d’un département de près de 800 personnes, il doit gérer un personnel pléthorique, des projets externalisés et une compétence technique interne réduite à quelques ilôts dans les nouvelles technologies. Fruit de la politique de son prédécesseur et des décisions de la direction générale, la politique menée avait consisté à externaliser la totalité des développements informatiques de l’entreprise. Sous couvert de respecter des procédure de qualité, de normaliser les développements, et je ne sais quoi d’autre. Je n’ai rien compris à son analyse tant je ne comprenais pas qu’un département d’informaticiens ne soit plus capable de développer une application ni même une interface avec une base de donnée. Tout est externalisé.

Sans aucune concertation réelle et sans que les enjeux autres qu’économiques n’aient été considérés.

La direction de l’époque ne pensait pas que les systèmes d’information seraient amenés à constituer l’épine dorsale de l’entreprise les décennies suivantes. Le SI vecteur privilégié pour communiquer et valoriser ses services auprès des clients finals et en interne.

Comble de l’ironie, le général en chef qui a mené la bataille de la restructuration et la rationalisation du département en supprimant la technique se trouve être mon ami, précédemment adjoint au directeur précédent. Il a rempli sa mission et ses objectifs avec un succès tel que sa tâche de directeur est rendue périlleuse par manque de compétences et surtout de projets en interne. Rien qui justifie 800 personnes.

Paradoxalement, les mouvements de personnels de ces dernières années (le département est passé de 1200 à 800 personnes en 5 ans) a consisté à vider le département des compétences techniques. Celles capables d’innover. Ne reste que les administratifs (indispensables par ailleurs) et ceux qui gèrent des dossiers d’appels d’offre.

Aucun bon technicien acceptera de passer sa vie à gérer des dossiers d’appel d’offre.

Seuls quelques projets transversaux peuvent relever de la sous traitance.

 

 

LienRépondre