?

Log in

No account? Create an account
habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum [8e fév. 2006|03:25 pm]
RacReciR
Ainsi donc, la première démocratie du Monde, le phare de cette planète, je veux parler des Etats-Unis d'Amérique, sont en train de juger un terroriste présumé.

Le type a tout avoué. Il aurait dû prendre l'avion, il s'était entraîné et tout et tout.
Supposons.
Il a néanmoins raté son avion.
Il avait un alibi imparable, étant en prison au moment du crime, depuis le 17 août précédent.
Et il risque la peine de mort pour une action qu'il a peut-être voulu commettre mais qu'il n'a pas commise.

La justice de cette grande démocratie accepte donc de juger des actes criminels hypothétiques.
Le justiciable a voulu le faire, il a tout avoué.
Si on peut prouver qu'il était au courant des préparatifs et qu'il a avoué, je comprends que ça vaille de la prison.
Je ne suis pas spécialiste pour juger de la durée.
Mais de là à encourir la peine de mort pour une intention d'action, fût-elle aussi horrible que l'attentat des tours jumelles, perturbe le citoyen que je suis.

Je suis aussi interpellé par le silence qui tonne de ce côté-ci de l'océan.
Un ressortissant français, européen, risque la peine de mort, dans ce qui ressemble une représentation-péplum du bouc émissaire, et aucun média, aucune autorité nationale ou européeene n'exige que la peine de mort soit retirée de la liste des peines possibles, pour limiter les débordements.
Tant qu'il reste vivant, on peut espérer un jour un jugement moins médiatisé ou plus apaisé... ou qu'il purge sa peine.
S'il est exécuté, ça réduit singulièrement les possibles.

Je n'épiloguerai pas sur la peine de mort ni le détail de cette affaire de peur de sembler justifier ou défendre d'une quelconque manière quelqu'un qui, pour le moins, serait solidaire des assassins.
Ce n'est pas mon intention.
Je défends une position de principe.
On ne peut pas accepter en démocratie, qu'un citoyen puisse risquer sa tête parce qu'il a eu l'intention de commettre un meurtre. Quelle que soit l'horreur de cette intention.

Ce qu'oublient nos amis américains, c'est que l'Internet et la télévision par satellite vont suivre le procès pendant les longs mois de son déroulement.
Les spectateurs de la planète vont pouvoir se faire une opinion personnelle sur le cours de l'action de la plus grande démocratie du monde.
Ca va donc être très instructif.

La question que je me pose est donc de savoir si les jeux du cirque vont l'emporter ou, si lassés par la vue du sang, les spectateurs demanderont des comptes aux belligérants.
Je n'imagine, bien entendu, pas un instant que la consonnance des nom et prénom du coupable putatif influe d'une quelconque manière dans l'affaire.
LienRépondre