RacReciR (ricercar07) wrote,
RacReciR
ricercar07

Glenn Gould - Journal d'une crise

Glenn Gould - Journal d'une crise
Autoportrait

Wanted : Friendly, companionably reclusive, socially unacceptable, alcoholically abstemious, tirelessly talkative, zaelously unjealous, spiritually intense, minimally turquoise, maximally ecstatic, loon seeks moth or moths with similar qualities for purposes of telephonic seduction, tristanesque trip-taking and permanent flame-fluttering. No photos required, financial status immaterial, all ages and non-competitive vocations considered. Applicants should furnish cassette of sample conversation, notarised certification of marital disinclination, references re low-decibel vocal consistency, itiniraries and sample receipts from previous, sucessfully completed out-of-town (moth) flights. All submissions treated confidentially, no pawns need apply. Auditions for (all) promising candidates will be conducted to and from Anaton Peninsula, New Foundland.

Avis de recherche : Oiseau de nuit amical, reclus, de commerce agréable, socialement inacceptable, anti-alcoolique avéré, bavard impénitent, jalousement non-jaloux, spirituellement intense, abhorrant le monde, adorant l'extase, cherche papillon(s) de même nature en vue de séduction téléphonique, de délires tristanesques et de virevoltes incessantes autour de la flamme. Photo non requise, état de fortune indifférent, âge sans importance. Toute vocation non compétitive sera considérée. Prière de fournir échantillon de conversation sur cassette, certificat notarié de non-disposition au mariage, références vocales à faibles décibels, copies d'itinéraires de vols papillonesques préalablement accomplis hors la ville. Confidentialité assurée. Recommandations inutiles. Les auditions de toutes les candidatures prometteuses se dérouleront depuis la péninsule d'Anaton, Terre-Neuve.

On voit dans le Journal d'une crise un des pianistes les plus significatifs de l'histoire dans son atelier de torture, en proie au doute, mais surtout à la recherche effrénée d'une vérité qui semble momentanément lui échapper, et qui concerne l'essence même de son art. Il nous livre le récit émouvant, impitoyablement lucide, quasi proustien dans sa cruauté, de la conquête de son propre double : un Gould fragile et vulnérable qu'il essaye d'apprivoiser et dont la lumineuse perfection de ce qu'il nous a laissé ne nous permettait guère de deviner l'existence. Il s'agissait bien là d'un document capital sur un artiste lui-même capital. Jamais le cerveau d'aucun grand pianiste ne s'était attelé à un examen aussi obsessionnel des composantes physiques du jeu pianistique.

Le Journal est complété par un vaste éventail de lettres datant de l'époque de la vie publique de Gould, ayant pour thèmes principaux le piano, les concerts et les tribulations d'une vie de concertiste. Gould y apparaît souvent malheureux, et pourtant aussi plein de l'enthousiasme communicateur qui est la marque de ce conteur-né.

Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments