?

Log in

No account? Create an account
Bach - Invention n°14 en B - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Bach - Invention n°14 en B [4e mar. 2006|03:26 pm]
RacReciR
[Humeur |accomplishedaccomplished]
[Ecoute |Bach - Invention n°14 en B]


La 14e invention de Bach fourmille de petits détails croustillants qui illustrent bien l'esprit érudit et si complexe de son inventeur, rompu dans le quadrivium (Cf. les nombres chez Bach)
Je rappelle simplement au lecteur distrait que 14 est le nombre qui correspond à B+A+C+H où A=1, B=2, etc.
Il se fait, par ailleurs, qu'en notation germanique, le A correspond à la note de musique La, le B au Si bémol, le C au Do et le H au Si naturel.
Ainsi BACH est-il musique : Si bémol, La, Do, Si.

Cette invention-ci (en Si bémol, B), se devait donc d'être particulière.
Rassurez-vous, elle l'est bien.
Au delà de toute espérance.
Bach l'a surchargée de sa signature.
Elle est en effet construite autour d'un premier motif de cinq notes :
couronne Inv 14 4 triples croches accolées à 1 double croche qui dessi(g)nent une couronne (qui évoque celle du sceau de Bach Sceau de Bach lequel comporte 7 branches : trivium+quadrivium).
En 5 mesures (l'ancien Testament ?), la première phrase de cette invention, le motif sera répété 14 fois. A l'endroit couronne Inv 14, suivi du motif à l'envers couronne Inv 14 inversée, ...
La deuxième phrase (le nouveau Testament ?), miroir de la première, se compose de 6 mesures (6-11) où figure le même motif en couronne 14 autres fois.
A la fin de ces deux phrases, le cumul des silences exprimés est de 14 (faisant la somme des soupirs, demis et quarts de soupirs).

Le motif en couronne est complété d'un second motif, en double croche, qui sera exécuté 28 fois au long de l'invention, avec 14 2nd motif rectus qui alternent avec 14 2nd motif inversus

En contrepoint de ce motif en couronne vient, à l'autre main, un contre-motif de 3 notes en croches motif apôtre (la Trinité ?). Ce motif sera exposé 13 fois (Jésus et ses apôtres ?), 6 fois à l'endroit, 6 fois à l'envers et une fois en double croche, entouré de deux silences: Jesus ?, qui forme le miroir et fait le lien entre la première phrase et la deuxième : Jésus faisant le pont entre l'ancien et le nouveau Testament ?

Ces 13 motifs en croches sont exposés dans les 11 premières mesures dont la dernière invocation intervient juste avant la montée chromatique de tierces (montée du Golgotha ?) où le motif en couronne est exposé 8 fois (qui vont compter quelques mesures plus loin) en contrepoint du 14e soupir de l'invention 14e soupir et Golgotha
Ainsi, à partir de la 14e mesure, le motif est répété 2x10 fois, à chaque main,  qui jouent à une tierce d'intervalle et en tierces descendantes. 10 fois, X en chiffre romain, pour Xristus.
Bach fait donc le signe de la croix.
mesures 14-16

Les 8 motifs de la montée chromatique ajoutés aux 20 motifs de la croix font un total de 28:  2x14 (les étapes du Calvaire ?).
Il reste 5 mesures (la Résurrection ?) où le motif est exposé 14 dernières fois.

J'ai aussi noté, pour terminer (et l'ai vérifié au piano), qu'il est possible d'enchaîner en boucle les 19 premières mesures de l'invention, formant un ruban de Möbius.
Il me plaît alors d'imaginer que Bach, musique, assurait l'éducation mathématique, littéraire, musicale et  religieuse de ses enfants par le biais de ces inventions à 2 et 3 voix. Ce sont les oeuvres simples, dans lesquelles il a décrit les processus cognitifs de la création musicale.
Ce Bach que j'ai appris à connaître, celui qui m'enseigne depuis de longues années, qui m'accompagne parfois, aurait immanquablement truffé une invention à son chiffre de multiples auto-références.
J'aurais dû entendre depuis longtemps déjà.
J'ai compté 28 signatures pour cette invention à 2 voix : 2x 14.

On peut être sceptique ou rester pantois.
Ecoutez, Entendez-la plutôt, il n'est nul besoin d'avoir ce galimatias en tête pour apprécier la beauté.
Bach n'a jamais parlé de ces jeux de chiffres mais, une fois les motifs et la structure inventés, il ne reste plus aucune place au hasard.
"Quaerendo Invenietis" a-t-il tout simplement intitulé un des canons de l'Offrande Musicale : "Cherche et tu trouveras".
LienRépondre