?

Log in

No account? Create an account
La bataille de Lépante - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

La bataille de Lépante [29e avr. 2006|11:32 pm]
RacReciR
Racines
Le journal télévisé, ce soir.
Après une première journée de déambulation parisienne mitigées.
Un livre au gré de la promenade.
Un restaurant branché sur le pouce.
Palais-Royal.
A ma gauche la pyramide du Louvre.
Les allées et les jardins arpentés, parterres de fleurs admirés, arrêt au timide soleil d'avril sur un banc devant la mise en scène d'un arbre déraciné par la tempête de 1999 .
Pont de Solférino.
Un moment d'hésitation devant le musée d'Orsay (Cézanne-Pissarro).
Les berges de la Seine jusqu'à la Bastille où nous avons repris le métro.
Paris est bonhomme mais de parisiens point.
Des touristes à souhait mais vacances, pont, grève, conspiration ou que sais-je encore, le soleil timide, convergent à rendre Paris orphelin.
Quelques heures de tourisme.
Puis la télé.
Le week end est propice à tous les relâchements.
La culpabilité en moins.
Affalés dans le canapé, Plume(O.), Hercule(E.) et moi.
Un voyage dans des univers parallèles.
Qui se bousculent dans mon salon à un intervalle de 2-3 minutes.
Match de foot Paris-Marseille où une horde de Wisigoths rencontre une bande d'Ostrogoths (les foules écervelées et hurlantes canalisées dans des trajets différents ont semé la terreur dans la capitale).
Zap.
La tenue de la première session du parlement Népalais.
Son premier ministre de 84 ans cloué au lit par une vilaine bronchite.
Zap.
Les remugles de la conspiration d'un premier ministre et d'un président voulant noyer un de leur ministre dans la source claire d'une république bananière lointaine.
L'opposition acclamant miss univers et qui envisagera, la troisième mi-temps achevée, de réfléchir à un programme de gouvernement.
J'oublais.
Cosinuspin qui pourrait ressortir de sa réserve et revêtir sa cape de Superman.
Zap frénétique et rageur.
Superman mordu par sa petite amie transformée en vampire par un virus conçu par les laboratoires du principal mécène de la ville et ancien ami de Superman.
Le tout devant une météorite verte qui lui ôte tous ses pouvoirs,
Rezap.
Une manifestation pour refuser "l'immigration jetable".
Des africains, des asiatiques, des arabes en situation plus ou moins régulière.
Des français et étrangers tout ce qu'il y a de plus régulier défilant pour refuser la marchandisation de l'être humain.
La chosification de l'Homme.
En informatique, c'est la réification.
Modéliser le réel.
Zap.
Une fabrique de motocyclettes du Burkina-Faso, 30 motos/jour, subit de plein fouet sur son marché local, la concurrence chinoise.
La moto locale à 400 € concurrencée par les 225€ des chinois.
Commentaire d'un ouvrier Burkinabais : "Je ne vois pas comment on peut être moins payé que nous".
Zap.
Le restaurant de New York qui, pour fêter son 50e anniversaire, a inscrit sur sa carte une glace à 1000 $.
Sur commande.
24 heures à l'avance s'il vous plaît.
Glace vanille de Madagascar, chocolat du Venezuela, couvert de feuilles d'or et nappé de caviar dessalé.
Le tout servi dans un cristal de Baccarat que le client peut emporter à ce prix.
Le restaurateur, étonné de son succès, affirme en vendre 3 par semaine.
Anniversaire ou simple découverte surprise.
Zap
Les banlieues parisiennes.
Des jeunes enfants de 13-14 ans qui vendent du fer pour se faire de l'argent de poche.
Tout y passe.
Les moteurs désossés à la scie à métaux.
Les boîtes aux lettres arrachées.
Métaux récupérés en faisant brûler les matières plastiques et colles qui les recouvrent.
Métal revendu au poids.
2 d'entre eux ont démonté des portes d'ascenseur et les ont revendues à des ferrailleurs pour 26 €.
La voix du journaliste montrait son étonnement que les portes de l'ascenseur aient été démontées.
Pas que des gosses de 13 ans soient en train de découper et de vendre du métal pour avoir de l'argent de poche.
En banlieue parisienne !
Zap.
Le technival.
Une rave-partie qui se tient je ne sais où dans les champs de blés de fermiers qui n'en demandaient pas tant.
Aux limites d'une zone où réside une faune protégée par les fermiers et les deniers de l'Etat.
Dont le représentant local, le préfet, a réquisitionné le terrain.
Plutôt que de trouver des champs où des terrains militaires désaffectés.
Réquisition des champs, fauchage du blé qui n'est pas encore arrivé à maturité.
Déployer une armada pour canaliser et veiller tout ce petit monde.
Une rave-partie dans un village perdu et une zone naturelle protégée.
80.000 personnes battant son plein trois jours d'affilée.
Allez vous installer tranquillement à la campagne après ça.
Belle mentalité cependant de part et d'autre.
Les organisateurs de la rave expliquaient à la caméra qu'ils regrettaient ce choix et auraient préféré un autre endroit.
Personne ne les a pourtant obligés à accepter la proposition du préfet et dévaster la zone.
Zap.
Arte
La bataille de Lépante.
7 octobre 1571, au large du golfe de Patras, la coalition chrétienne composée de la flotte papale, vénitienne et espagnole, remporte la victoire opposée à la flotte du Grand Turc.
Le sort de l'Europe en une seule bataille.
Zap.
Alceste de Glück, le plus Français des Allemands, 1776.
Après l'Alceste de 1674, Lully, Le plus Français des Italiens.
L'Europe.
200 ans après Lépante.
Une éternité.
Zap.
Météo.
L'anticyclone protège la France.
Le nuage de Tchernobyl sera arrêté par la ligne maginot.
Je me disais aussi.
Les couleurs étaient vieillottes.
Mon téléviseur donne de sérieux signes de fatigue.
Un des premiers modèles pourvus d'un écran 16/9e.
Une antiquité.
Penser à le remplacer.
La télécommande emballée fait défiler les chaînes aléatoirement.
3-4 minutes de ci, quelques minutes de là.
Zap.
Se tenir informé de l'évolution de la situation dans le monde peut induire de graves pathologies.
Ailleurs c'est pire.
Imaginez qu'il n'y ait pas de télécommande ?
Se lever pour éteindre la télé !
Sans besoin pressant.
J'ai conscience que cela reste très superficiel.
LienRépondre