?

Log in

No account? Create an account
Le joueur de flûte - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Le joueur de flûte [25e juin. 2006|11:14 pm]
RacReciR
[Humeur |bouncybouncy]

Des chercheurs associés (Ecole polytechnique de Lausanne, Université libre de Bruxelles, Université Paul Sabatier de Toulouse et Université de Rennes I) ont mis au point un ensemble de micro-robots ingénieux.
Dans le cadre du projet LEURRE, une équipe mixte composée d'éthologues, de chimistes, de physiciens et de roboticiens, a développé des robots de la taille d'un gros sucre, dotés d'une autonomie de 3 heures, disposant d'une douzaine de capteurs et capables de communiquer entre eux (sans fil, infrarouge, etc.) et avec leur environnement.
Ces "InsBot", une contraction des mots "insecte" et "robot", ont été disposés dans un milieu infesté de cafards où ils se sont mêlés à la masse.

Ils se sont donc fait passer pour des cafards.
Les chimistes ont, en effet, réussi à isoler les molécules qui donnent son odeur caractéristique au cafard, lequel utilise des messages chimiques pour communiquer avec ses petits copains (reconnaître, manger, copuler, fuir, se reposer, etc.).
Ils en ont enduit les robots qui, ainsi, ont pu passer pour des cafards auprès de leurs congénères.
Et c'est ainsi que la colonie mixte robots-cafards a été étudiée et manipulée.

Les cafards forment une société a-hiérarchique (du peer to peer).
Pas de chef, pas de rôle prédéfini.
C'est un processus d'auto-organisation qui aboutit à une décision de groupe.
Dans un enclos où étaient disposés deux abris de couleurs différentes, il a été possible d'utiliser les robots pour faire prendre une décision au groupe de cafards.
Une décision qu'ils n'auraient pas spontanément prise.

Les cafards ont en effet horreur de la lumière et ont tendance à se cacher à l'ombre.
Deux abris de couleur différente ont donc été placés.
Naturellement, les cafards s'abritent à l'endroit le plus sombre.
Après avoir visité les deux abris, le choix collectif se fait pour l'abri de couleur la plus sombre.
C'était compter sans les robots !
Ceux-ci, introduits dans la colonie de cafards, ont "choisi" de s'abriter sous l'abri le moins sombre, entraînant l'ensemble de la colonie dans leur décision.

Des expériences sont en cours auprès des vertébrés.
Des robots sont étudiés pour aider les bergers à conduire un troupeau, revisitant ainsi une fable célèbre .
D'autres pour étudier les poussins.
Les gallinacés sont en effet imprégnés de la présence de leur mère aux premières heures de leur naissance.
Il a ainsi été possible de placer un robot auprès de poussins et, ceux-ci, telles les oies de Lorenz, ont rapidement pris le robot pour leur mère.
Les manipulations que ces expériences inspirent sont infinies.
Les chercheurs ont d'ailleurs établi une comparaison éloquente avec le comportement des usagers du métro et l'impact de la signalétique sur leur prise de décision.

Je regarde ma mère avec méfiance depuis quelques minutes.
Son comportement m'a souvent semblé bizarre et incompréhensible.
J'ai soudain peur de comprendre.

LienRépondre