?

Log in

No account? Create an account
Chaos - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Chaos [10e juil. 2006|11:40 pm]
RacReciR

Imaginez que l'on puisse mesurer les connaissances.
C'est théorique.
Pour chaque discipline imaginable, on pourrait concevoir qu'il existe une méthode pour la mesurer.
Aucun être humain n'est capable d'appréhender l'étendue de ces connaissances.
En parcourant toutes les mesures nécessaires pour les intégrer dans un processus de décision, il faudrait plus d'une vie humaine. Exclusivement dédiée à cette tâche.
Relever les compteurs.
Sans les vérifier.
Tout une vie n'y suffirait pas.
Il est donc vain de ce battre dans cette direction.
Amasser des connaissances ou toute autre possession est finalement vain.
Le seul moyen de donner un sens à cet ensemble de mouvements browniens qui constituent le réseau d'une activité quotidienne est forcément ailleurs.
Il ne peut pas être mesurable.
C'est le propre de l'Homme que de viser la transcendance.
Il ne peut donc accepter l'idée d'un processus calculable mais non mesurable par ses moyens.
Il peut, en revanche, accepter l'idée de l'imaginer.
Ce rêve est éminemment personnel.
Chacun d'entre nous possède une cartographie complète de l'univers.
Chacun la sienne.
Nous sommes tous sur le terrain avec une carte incomplète et le voisin pareil.
Les plus évolués sont au courant que leur carte est fausse.
Les autres sont convaincus des indications qu'ils ont marquées sous leurs yeux et, confrontés au réel, continuent obstinément à prétendre qu'il peuvent bouger la montagne par la seule expression de leur pensée. Ou la traverser; qu'importe.
Il me semble donc important d'admettre qu'il est possible de mettre au point une procédure qui démontre que les cartes sont toujours fausses à un niveau d'analyse donné.
Seul le GPS, mis à jour régulièrement, permet de confirmer la mesure objectivement.
Il devient alors possible de tenir compte des chantiers de dernière minute, des embouteillages, etc.
Indispensable dans une grande capitale. Les transports en commun sont la meilleure solution mais les émotions qui y sont associées sont généralement négatives ou, au mieux, neutres. Le temps mis à part. Un gain indiscutable en général.
Il est des coins mal desservis.
La carte est devenue dynamique.
Tout un ensemble de niveaux d'informations virtuels peuvent y être associés.
Il existe un utilisateur le plus avisé qui est susceptible de faire un meilleur calcul de trajectoire.
Celui qui utilise toutes les informations mises à sa disposition.
Celui qui en a la capacité.
Avec les nouvelles technologies les instruments de mesure sont démultipliés.
Il faut même un réseau d'ordinateurs pour analyser les images, enregistrements audio et vidéo.
Ils fonctionnent en temps réel et avalent toutes les données qu'ils traitent.
Seules quelques alertes remontent au niveau supérieur : quelqu'un qu'il faut suivre, qui est surveillé. Le personnage suspect, le comportement inquiétant. Individuel ou en groupe.
Regarder tout ne permet pas de tout voir.
Quelle que soit la vitesse de traitement de l'information. Même en temps réel. On ne peut pas mesurer en deçà du seuil de collecte de l'information.

LienRépondre