?

Log in

No account? Create an account
Tocsin - Point d'inflexion - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Tocsin - Point d'inflexion [16e juil. 2006|08:11 pm]
RacReciR
J'avais analysé la situation du Moyen-Orient et étais arrivé à la conclusion que le conflit était devenu inévitable.
Si on est cynique on dit même souhaitable.
J'ai de la famille sur place et ma subjectivité est telle que j'ai du mal à conceptualiser un cynisme dont je suis, partiellement, un fétu de paille.
Je m'étais donc refusé ce cynisme-là ainsi que d'étudier les scénarios post agression.
J'imaginais que la situation me serait si particulière qu'elle inspirerait une analyse singulière.

On est dans une singularité.
Selon nos calculs, soit la situation au Moyen-Orient connaît un réel début de traitement et il reste assez de temps (et d'énergie) pour sauver la planète
Soit elle dégénère et il sera trop tard. Les dégâts seront irréversibles.

Il y a des gens qui jouent au Monopoly avec la vie de milliards d'autres.
Tiens, par hasard, le lendemain où 7 bombes tuent 200 personnes à Bombay et mettent un terme aux négociations de paix entre l'Inde et le Pakistan.
Ils ont cette équation en face d'eux.
Il y a une partie des décideurs qui pensent qu'il n'y a pas de solution hors la force et qui savent que la résolution (positive ou négative) ne ne fera pas de leur vivant (tout en voulant un peu d'action avant de mourir) et ceux qui savent qu'il y a une solution à long terme.
Ardue mais réelle.
Et qui nécessite une réforme profonde.
Comment faire vivre (ou pas, ça mérite une parenthèse) des milliards d'humains.

Regardez le Moyen-Orient.
L'ensemble des populations ont soif de vivre et de se fréquenter.
L'amélioration du niveau de vie entraîne que la majorité de ces pays sont dirigés par des hommes (c'est souvent des hommes, mais en France ce n'est pas beaucoup mieux alors pas de leçon svp) qui ont été éduqués à l'occidentale.
Ils gèrent des populations beaucoup plus rétrogrades et sont obligés de tenir compte de la lenteur de l'évolution des mentalités.
Il y a aussi un paquet de gens corrompus.
Autant d'argent incontrôlé ne peut que corrompre. C'est pareil dans tous les pays.
Le Liban représentait jusqu'ici la quintessence de ce compromis à l'Orientale : une certaine légèreté de moeurs (en politique aussi) mais des réels processus démocratiques, un système éducatif évolué et une administration efficace.
Le reste se fait à l'Orientale. Une poignée de mains remplace avantageusement, en termes d'efficacité, des années d'études de projets et de tergiversations.
Plus efficace que tous les ordinateurs réunis du monde.
La mise en oeuvre d'un tel processus dans une région qui, pour le moins, n'est pas un exemple de démocratie montrait aux autres pays de la région les bienfaits d'un jeu où c'est le juge qui dit le droit et non la force des armes.
On commence à voir des femmes dans les isoloirs dans l'Arabie profonde. En France ça ne fait pas 50 ans !
Et voilà qu'Israel, sous un motif futile dans un cas comme dans l'autre, porte atteinte au résultat même des processus démocratiques de ses voisins directs.
Le gouvernement Hamas en Palestine, élu avec une forte participation et plus de 70% de voix avec lequel il a même refusé de discuter et dont il fait assassiner les représentants légalement élus.
Le Liban ou un enlèvement de 2 soldats aboutit à la ruine du pays entier sous des raids aériens et des centaines de morts et la demande qu'une partie des ministres et députés, régulièrement élus, soient poussés dans la clandestinité.
Les arabes ont enfin compris qu'ils devaient être unis.

Quel dommage que la chaîne Al-jaziraa ne soit pas traduite en français ou en anglais.
J'ai écouté le discours du secrétaire général du l'Union des pays arabes.
Pour une fois, ce n'est pas de la langue de bois.
Les pays arabes sont piqués au vif et ont saisi l'ONU en ayant l'intention de mettre un terme à la situation au Moyen-Orient.
Le discours est simple : nous sommes aux côtés du Liban. Tous.
L'exemple donné au Liban montre l'échec total des plans américains et occidentaux.
Ceux-ci ont donné à Israel carte blanche pour résoudre la question.
Par tous les moyens.
L'Irak et l'Afghanistan et maintenant le Liban, les arabes voient les conséquences.
Des pays rasés et plus de violence de part et d'autre.
Forcément, c'est une partie qui fait les règles, qui joue et qui les modifie en cours de partie sans que l'arbitre ne siffle la faute.
La même partie qui décide avec qui jouer, négocier, quand négocier, à quel propos négocier. Sinon c'est les bombes.
Joueur suivant !
Allez établir des relations de confiance et de bon voisinage après ça.
Les pays arabes ont donc décidé de porter plainte auprès des tribunaux internationaux et, le cas échéant, de demander le remboursement des emprunts.
Ils exigent que l'ONU reconnaisse l'échec des pourparlers de paix.
Ca ne devrait pas être trop dur à prouver ça.
J'imagine que les Etats-Unis vont mettre leur véto.

Il va bien falloir parler d'argent à un moment ou l'autre.
Les arabes trouvent grossier de parler argent.
Je pense que les libanais, dont le talent en la matière est internationalement reconnu, pourraient aller présenter la petite note.
Au nom des pays arabes réunis.
Ca ne fait pas de mal de temps en temps, en temps de guerre par exemple, de parler d'une seule voix.T

LienRépondre